vendredi 24 juin 2022
A VOIR

|

Cryptomonnaies et marketing de réseau : l’AMF tire la sonnette d’alarme

Publié le

Se lancer dans l'univers de la cryptomonnaie, pourquoi pas, mais pas sans être vigilant. Les activités de marketing de réseau autour de la cryptomonnaie s’installent en Polynésie. Elles n’ont pas échappé à la surveillance de l’Autorité des marchés financiers qui tire la sonnette d'alarme.

Publié le 09/06/2022 à 10:37 - Mise à jour le 15/06/2022 à 10:37
Lecture 3 minutes

Se lancer dans l'univers de la cryptomonnaie, pourquoi pas, mais pas sans être vigilant. Les activités de marketing de réseau autour de la cryptomonnaie s’installent en Polynésie. Elles n’ont pas échappé à la surveillance de l’Autorité des marchés financiers qui tire la sonnette d'alarme.

Ils s’appellent Omega Pro, Pepperdyne ou FinariaFX et avec l’essor de la cryptomonnaie, ils pullulent sur le net, promettant monts et merveilles. La Polynésie n’est pas épargnée. L’Autorité des marchés financiers s’est même fendue d’une mise en garde, pointant du doigt “l’existence d’un démarchage proactif de la société Omega Pro Ltd sur le territoire polynésien“.

Si ces organismes se défendent de faire de la vente pyramidale, leur mode opératoire “s’apparente aux pratiques agressives des sociétés de marketing de réseau (MLM)” ajoute l’AMF.

Lire aussi – Cryptomonnaie : engouement en Polynésie, zoom sur le phénomène

Le MLM, ou marketing multiniveaux, consiste à former des vendeurs qui vont former à leur tour des nouveaux venus, afin de toucher des commissions sur les ventes réalisées par leurs filleuls. Mais derrière cette appellation, le système s’apparente parfois à une véritable pyramide de Ponzi et dans le seul but de recruter de nouveaux membres pour rémunérer les anciens. Et lorsque la chaîne de recrutement s’arrête, la pyramide s’effondre. Résultat : seule une poignée d’individus au sommet s’est enrichie.

Depuis l’alerte du gendarme national de la finance, ces activités sont surveillées de près par les enquêteurs en cybercriminalité de la gendarmerie. “On va vérifier si cette société avait une autorisation particulière dans ce qu’elle proposait. S’il s’agit du trading traditionnel et du trading en cryptomonnaies, avait-elle l’autorisation ? Si elle n’a pas d’autorisation, c’est compliqué déjà, explique Pascal Aznar, enquêteur en cybercriminalité. On va informer la personne qui dépose plainte en disant que cette société n’avait pas d’autorisation sur les marchés financiers. Et à cette personne on lui dira qu’elle a injecté de l’argent dans une société qui n’est pas légale.”

Lire aussi – Technologies de la blockchain : le premier Polynesian Islands Crypto Summit est ouvert

Et lorsque ces sociétés mettent la clé sous la porte, les victimes sont livrées à leur sort. “Ça peut dépasser les centaines de milliers de francs. Et dans le cadre de mon affaire, c’était même plus d’un million, souligne Me Adrien Huguet. Le fait est que les escrocs, une fois qu’ils sont condamnés, se retrouvent généralement condamnés à verser des millions de dommages et intérêts. Or ils sont insolvables. Eux n’ont rien en propre. Ils ont souvent tout dilapidé.”

Et pour éviter de se faire avoir, l’AMF suggère d’appliquer quelques règles de vigilance. “Quand on a des sociétés qui mélangent un peu tout : le trading traditionnel, de la bourse et des cryptomonnaies qui sont beaucoup plus difficiles à expliquer. Ça ne s’improvise pas. il faut avoir un minimum de connaissances” précise Pascal Aznar. “Méfiez-vous des promesses de gains rapides et sans contreparties. Il n’y a pas de rendement élevé sans risque élevé. C’est facile de dire ‘vous allez gagner 1000 euros si vous en injectez que 1500’. C’est faux. Autant jouer au Loto et essayer de gagner un jour dans sa vie.”

Pour le rédacteur en chef du Journal du coin, Hellmouth Banner, la simple association de la cryptomonnaie et du marketing de réseau devrait mettre la puce à l’oreille… “Le mélange marketing de réseau et cryptomonnaie, dans tous les univers, existants ou à venir, est systématiquement synonyme, au minimum de perte d’argent pour la plupart des acteurs, et dans bien des cas, de stricte et pure escroquerie. Le marketing de réseau, dans tout un tas de mécaniques économiques, c’est très pertinent. Le marketing de réseau plus la crypto -et en fait en réalité il y a très rarement de la crypto derrière ces systèmes- c’est systématiquement quelque chose de douteux.”

infos coronavirus