samedi 6 mars 2021
A VOIR

|

Vidéo – Retour aux sources du surf

Publié le

Publié le 26/08/2017 à 13:03 - Mise à jour le 26/08/2017 à 13:03
Lecture 2 minutes

Mickael Robert est prof de paddle et surfeur à ses heures mais pas sur n’importe quelle planche. Sur des alaia qui sont des planches de surf en bois et sans ailerons. Le surf des ancêtres. Mickael les fabrique lui-même à partir de palettes de bois, tulipiers du Gabon, et autres, le principal c’est que ce soit « du bois léger qui flotte bien. », précise-t-il.

Ne possédant de dérives, ce type de planche n’a rien de commun avec celles que l’on utilise de nos jours. Et la glisse n’est pas la même.  « Tout est plus difficile. Tu galères pour prendre la vague, pour te lever, et pour suivre la vague. »

Ne pas croire que c’est un retour en arrière ou de la nostalgie. Non. C’est un phénomène de mode lancé par les surfeurs pro et les shapers qui de temps à autres reviennent aux sources du surf, tel qu’il se pratiquait au temps des Arii.

« Par rapport à une planche normale, il faut ramer beaucoup plus longtemps sur la vague pour le take off et les déplacements sont moins aisés pour les attraper. Une fois que l’on prend la vague, cela va beaucoup plus vite, vu qu’il n’y a pas d’aileron pour freiner la planche », explique Bernie venu de Moorea pour participer à cette démonstration.

Du coté de Aurélien qui n’avait pas mis les pieds sur une planche depuis 20 ans, c’est le challenge qui l’a attiré. « Tout d’abord pour le plaisir, et essayer de surfer comme aux origines. Mais je pense que cela va être très compliqué. Déjà si j’arrives à me tenir debout, cela tiendra du miracle », explique-t-il lucide.
 

Rédaction Web avec Thomas Chabrol

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu