vendredi 30 septembre 2022
A VOIR

|

La webradio Fafaroots rouvre ses ondes “positives”

Publié le

Fafaroots a rouvert ses ondes depuis quelques jours sur le web. Cette radio indépendante créée il y a 6 ans par des passionnés, souhaite devenir une vitrine de la scène musicale locale. Elle prévoit également d’ouvrir parfois ses micros pour des débats en tous genres.

Publié le 05/09/2022 à 17:02 - Mise à jour le 05/09/2022 à 17:02
Lecture 2 minutes

Fafaroots a rouvert ses ondes depuis quelques jours sur le web. Cette radio indépendante créée il y a 6 ans par des passionnés, souhaite devenir une vitrine de la scène musicale locale. Elle prévoit également d’ouvrir parfois ses micros pour des débats en tous genres.

Un an après avoir été mise en veille, Fafaroots, radio locale, émise uniquement sur internet, reprend du service. Comme au moment de sa création en 2016, la radio gardera son éclectisme musical et se veut être une vitrine pour les artistes locaux : “On est fous de musique, on aime ça, on baigne dedans… la musique est vitale pour nous. On va partager notre passion et diffuser des playlists de tous genres, et des artistes à faire connaître à l’international et localement. Et si on peut les aider à passer sur scène, les filmer, les enregistrer… ils seront les bienvenus” explique Didier Jalier alias “JanJan”, co-créateur de Fafaroots.

Didier Jalier alias “JanJan” (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Fafaroots, c’est de la programmation musicale, mais pas seulement. JanJan et ses acolytes souhaitent ouvrir les débats sur des initiatives novatrices pour la société : “Tout le monde peut participer à cette radio et la faire évoluer. Elle va être une radio positive. Ce qui nous importe, c’est de trouver des personnes qui œuvrent pour le bien-être de la population, et les mettre au devant de la scène”.

Fafaroots puise sa liberté éditoriale dans l’expérience personnelle de JanJan. Il a animé au siècle dernier une émission de radio aux cotés de Coluche et de Gérard Lanvin. Une aventure humaine qui, malgré sa fin prématurée, aura forgé en l’animateur un esprit de camaraderie inoxydable que l’on ressent aujourd’hui sur les ondes de Fafaroots : “En 1978, j’habitait chez Coluche avec Gérard Lanvin, et un jour, il nous dit de le suivre à Europe 1, et c’était fou !”.

infos coronavirus