mercredi 23 septembre 2020
A VOIR

|

Un gaz découvert dans les nuages de Vénus, intrigue les scientifiques

Publié le

Des chercheurs ont établi la "présence apparente" dans les couches nuageuses de Vénus d'un gaz qui sur Terre est associé à la vie, une découverte qualifiée par le chef de la Nasa d'"événement le plus important" dans la recherche de vie extraterrestre.

Publié le 14/09/2020 à 11:18 - Mise à jour le 14/09/2020 à 11:19
Lecture 3 minutes

Des chercheurs ont établi la "présence apparente" dans les couches nuageuses de Vénus d'un gaz qui sur Terre est associé à la vie, une découverte qualifiée par le chef de la Nasa d'"événement le plus important" dans la recherche de vie extraterrestre.

La découverte, menée par une astronome de l’Université de Cardiff au Royaume-Uni, a été publiée lundi dans la revue Nature Astronomy.

C’est la première fois que l’on découvre ce composé dans l’une des quatre planètes telluriques de notre système solaire, « la Terre mise à part », a dit à l’AFP Jane S. Greaves, professeure d’astronomie et autrice principale de l’article. 

La phosphine a été détectée par l’observation de l’atmosphère vénusienne à l’aide de deux radiotélescopes. Elle « pourrait provenir de processus inconnus de photochimie ou géochimie, ou, par analogie avec la production biologique de phosphine sur Terre, grâce à la présence de vie », explique l’étude. 

On trouve ce composé dans les planètes géantes gazeuses du système solaire, comme Saturne, mais il n’est pas d’origine biologique, c’est-à-dire du vivant. Les traces de phosphine présentes dans l’atmosphère terrestre en revanche proviennent exclusivement d’une activité humaine ou microbienne.

« De la vie sur Vénus ? La découverte de phosphine, produit dérivé de la biologie anaérobie, est l’événement le plus important à ce jour dans la recherche de vie en dehors de la Terre », s’est réjoui Jim Bridenstine, administrateur de la Nasa. 

« Il est temps de prioriser Vénus », a-t-il lancé, alors que les missions de recherches de vie passée se concentrent aujourd’hui sur Mars, assaillie de sondes et de robots américains et autres.

Pour le professeur Alan Duffy, astronome à l’Université de Swinburne en Australie, la découverte est « l’un des signes les plus excitants que j’ai jamais vu de la présence possible de vie en dehors de la Terre ».

La présence de phosphine, un composé hautement toxique, ne dépareille pas dans l’atmosphère infernale de la deuxième planète la plus proche du soleil. Connue aussi sous le nom d’étoile du Berger, son atmosphère de gaz carbonique, à 97%, baigne dans une température de surface autour de 470°C avec une pression plus de 90 fois plus grande que la nôtre.

Mais c’est dans l’épaisse couche de nuages hyper acides, nappant la planète jusque autour de 60 km d’altitude, que l’équipe de Jane Greaves suppose que les molécules de phosphine peuvent se trouver. 

« Là les nuages sont « tempérés » autour de 30 degrés Celsius », selon l’étude, qui n’exclut pas que le gaz se forme à une altitude plus basse et plus chaude avant de s’élever.

« Nuages vénusiens »

Mais d’où vient-il ? La Pr Greaves « espère avoir pris en compte tous les processus susceptibles d’expliquer sa présence dans l’atmosphère de Vénus ». À moins d’en identifier un nouveau, reste l’hypothèse d’une forme de vie.

Si c’est le cas, « nous pensons que (cette forme de vie) devrait être de petite taille, pour flotter librement », explique la scientifique, dont l’étude « insiste sur le fait que la détection de phosphine n’est pas une preuve robuste de vie, seulement d’une chimie anormale et inexpliquée ». 

La phosphine est composée d’un atome de phosphore et de trois d’hydrogène. Le phosphore est un des six éléments chimiques du vivant, mais « même si une planète contenait du phosphore en abondance, il pourrait lui manquer une autre condition nécessaire à la vie, comme d’autres éléments, ou son milieu pourrait être trop chaud, ou trop sec », prévient Jane Greaves.

A priori, l’atmosphère de Vénus, « extrêmement déshydratante et hyper acide », n’est pas propice à la vie. Mais peut-être que sa couche nuageuse pourrait l’être.

La Nasa a d’ailleurs découvert il y a une décennie de la vie microbienne dans les couches supérieures de l’atmosphère terrestre.

C’est pourquoi la Pr. Greaves et ses collègues plaident pour une observation plus poussée du phénomène. En s’affranchissant idéalement du « filtre » de l’atmosphère terrestre, grâce à un télescope spatial. Et pourquoi pas avec une nouvelle visite, par sonde.

Le regain d’intérêt pour cette planète longtemps délaissée est général : deux des quatre missions en concurrence pour le prochain programme d’exploration du système solaire de la Nasa concernent Vénus, a rappelé Thomas Zurbuchen, directeur scientifique de l’agence. La sélection aura lieu l’an prochain.

infos coronavirus

Coronavirus : les UV pour lutter contre l’épidémie ?

C’est un appareil qui pourrait s’avérer très efficace pour désinfecter les surfaces susceptibles d’être contaminées par la Covid-19. Le Bio-Scan utilise les...

Covid-19 : Des guides sanitaires pour mobiliser la population dans les quartiers de Papeete

20 guides sanitaires arpentent chaque jour les quartiers de la capitale pour sensibiliser aux mesures de précaution et protéger la population. Armés de gel désinfectant et de beaucoup de patience, ils rappellent jusqu’au domicile des personnes les plus isolées ou les plus faibles, comment éviter la propagation du coronavirus.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Perdue en mer, une planche de surf dérive d’Hawaii...

Quand Doug Falter, un surfeur américain amateur de grosses vagues, est tombé de sa planche au large d'Hawaii (États-Unis), il n'imaginait pas qu'elle dériverait jusqu'aux Philippines, à plus de 8 000 kilomètres de là.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV