jeudi 4 juin 2020
A VOIR

|

Près de 10 000 hectares brûlés en Nouvelle-Calédonie en un mois et demi

Publié le

Près de 10 000 hectares de végétation ont brûlé depuis le début de la saison administrative des feux le 15 septembre en Nouvelle-Calédonie où la quasi-totalité des communes ont été placées en "risque extrême incendie", a indiqué jeudi la sécurité civile.

Publié le 31/10/2019 à 9:32 - Mise à jour le 31/10/2019 à 9:46
Lecture 2 minutes

Près de 10 000 hectares de végétation ont brûlé depuis le début de la saison administrative des feux le 15 septembre en Nouvelle-Calédonie où la quasi-totalité des communes ont été placées en "risque extrême incendie", a indiqué jeudi la sécurité civile.

#Incendies #FeuxLa #DSCGR communique

Posted by Gendarmerie de Nouvelle-Calédonie on Wednesday, October 30, 2019

Le feu à usage non domestique est interdit sur l’ensemble de l’archipel, dont 23 des 33 communes sont en risque maximal. En raison d’alizés soutenus pouvant aller au-delà des 30 nœuds et d’un important déficit hydrique, les feux se sont multipliés au cours des derniers jours. Aucune amélioration n’est attendue dans les prochains jours.      

Sur la côte ouest, quelque 665 hectares sont partis en fumée à hauteur du village de Moindou et 200 hectares à Bourail où le touristique domaine de Deva, prisé des randonneurs, a dû être évacué. Plus au nord, des foyers dans les communes de Pouembout, Hienghène et Ouégoa ont également nécessité l’intervention des pompiers.       

« Les chantiers les plus importants sont désormais maîtrisés », a déclaré à l’AFP le capitaine Laurent Thomas de la direction de la sécurité civile. Il a rappelé que 3 hélicoptères bombardiers d’eau et une trentaine de pompiers avaient notamment été mobilisés à partir de dimanche. « Depuis le 15 septembre, 9 400 hectares ont été brûlés et il nous reste encore un mois et demi de saison administrative. À la même période, l’année dernière, nous en étions à 465 hectares », a-t-il ajouté, exhortant la population à la plus grande vigilance.       

Ces chiffres ne tiennent en outre pas compte des feux qui sont « en évolution libre » dans la chaîne de montagnes au centre de l’île, où aucun moyen aérien n’est envoyé pour évaluer les sinistres.       

Les incendies ou « feux de brousse » constituent le principal facteur de destruction des milieux naturels en Nouvelle-Calédonie, point chaud de la biodiversité mondiale.     

« Presqu’une soixantaine de périmètres de protection des eaux douces ont été impactés depuis le début de l’année. Sur les 457 incendies comptabilisés, 300 ont touché des patchs de forêts« , a précisé Anne Lataste, chargée de communication à l’Observatoire de l’environnement (Oeil).      

Seuls 2% de la surface originelle de forêt sèche et 10% de celle de la forêt humide subsiste en Nouvelle-Calédonie, où les incendies détruisent chaque année entre 10 et 20 000 d’hectares de végétation.

SourceAFP

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV