vendredi 7 août 2020
A VOIR

|

Éruption en Nouvelle-Zélande : fin de l’opération de récupération de six corps

Publié le

Des soldats d'élite néo-zélandais ont récupéré vendredi les corps de six personnes tuées en début de semaine par un volcan sur l'île de White Island lors d'une opération menée sous la menace d'une nouvelle éruption.

Publié le 13/12/2019 à 10:03 - Mise à jour le 13/12/2019 à 10:07
Lecture 3 minutes

Des soldats d'élite néo-zélandais ont récupéré vendredi les corps de six personnes tuées en début de semaine par un volcan sur l'île de White Island lors d'une opération menée sous la menace d'une nouvelle éruption.

Les corps de six des victimes ont été évacués par les airs, a annoncé la police à l’issue de près de quatre heures d’attente. 

Deux hélicoptères militaires avaient décollé de la ville de Whakatane aux premières lueurs de l’aube pour White Island, où l’éruption de lundi dernier aurait tué au moins 16 personnes en visite touristique, selon un bilan provisoire.

L’objectif de cette équipe, composée de démineurs, était de récupérer les restes humains de huit personnes demeurées sur l’île et de les transporter jusqu’à une frégate militaire ancrée au large.

« Cette équipe a fait preuve d’un grand courage pour permettre que (les corps) de ces six personnes soient restitués à leurs proches », a déclaré à la presse Mike Bush, commissaire de police.

Une mission exécutée dans des conditions « imprévisibles et difficiles », a souligné M. Bush.

Le commissaire de police a affirmé que les opérations visant à localiser les restes de deux autres personnes se poursuivent.

Des plongeurs effectuent des recherches dans l’eau après qu’un corps a été repéré mardi, flottant dans une mer agitée.

Des hélicoptères effectuent également des vols au-dessus de la baie de l’Abondance (Bay of Plenty).

« Incroyablement fier »

M. Bush n’a pas exclu la possibilité d’un retour sur l’île lorsque les conditions seront jugées plus sûres.

Des vols de drones avaient aidé à localiser les corps de six personnes avant le début de l’opération. Leur récupération était la priorité des militaires, porteurs de lourds équipements de protection qui ralentissaient et limitaient leurs mouvements.

Le commandant des forces spéciales, Rian McKinstry s’est déclaré « incroyablement fier » de l’équipe, composée de six hommes et de deux femmes qui ont mené à bien « cette opération unique ».

La veille de la mission, les forces de l’ordre ont indiqué qu’elles chercheraient également les restes des deux autres personnes disparues, mais qu’elles disposaient toutefois de peu de temps dans un environnement aussi dangereux.

Alors que l’opération commençait, la police a emmené les familles en deuil près de l’île sur un bateau et une bénédiction maorie a été organisée. 

Les proches des victimes avaient fait pression sur les autorités pour que cette mission soit menée au plus vite, en dépit de risques d’une nouvelle éruption importante évalués à entre 50% et 60%.

Tenue en haleine

Des volcanologues ont suivi en direct les relevés d’activité sismique du volcan toujours fumant, pendant que les militaires récupéraient les corps. Au moindre signe d’un risque d’éruption, l’opération pouvait être interrompue.

« Aujourd’hui, il s’agissait de leur permettre de retrouver leurs proches », a déclaré la Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, affirmant avoir été tenue en haleine tout au long des quatre heures passées sur l’île par les militaires.

« J’imagine que j’ai ressenti, à ce moment-là, la même anxiété que tout le monde », a-t-elle déclaré aux journalistes. 

De nombreux touristes décédés étaient Australiens.

« C’est une période de désespoir et de détresse absolue. A chacune de ces familles, à leurs amis et à leurs proches, nous voulons dire que nous sommes de tout coeur avec eux dans cette période extraordinairement difficile », a déclaré Marise Payne, la ministre australienne des Affaires étrangères.

Le corps d’un guide néo-zélandais, Hayden Marshall-Inman, figurerait parmi les huit corps qui étaient demeurés sur l’île. 

Son frère, Mark Inman, avait exprimé jeudi le sentiment de frustration des familles endeuillées, accusant la « bureaucratie » et les dirigeants d’être responsables du retard des opérations.

« Cela va nous permettre de pleurer et de dire adieu à nos proches comme ils le méritent », a-t-il déclaré au New Zealand Herald.

Depuis le début de la semaine, les autorités s’étaient montrées prudentes, soulignant les risques encourus par les secouristes, en raison des risques sismiques mais aussi des gaz toxiques qui continuent de s’échapper du cratère.

Les 28 survivants toujours hospitalisés en Nouvelle-Zélande et en Australie souffrent de graves brûlures.

Au total, 47 touristes et guides, venus d’Australie, des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de Chine, d’Allemagne, de Malaisie et de Nouvelle-Zélande, se trouvaient sur l’île au moment de l’éruption.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV