samedi 30 mai 2020
A VOIR

|

En Inde, la police fait respecter le confinement à coups de bâton

Publié le

L'Inde est sous confinement total depuis le 24 mars pour lutter contre la propagation du Covid-19. Et la police n'hésite pas à utiliser la violence pour faire respecter les règles.

Publié le 30/03/2020 à 16:25 - Mise à jour le 30/03/2020 à 16:32
Lecture < 1 min.

L'Inde est sous confinement total depuis le 24 mars pour lutter contre la propagation du Covid-19. Et la police n'hésite pas à utiliser la violence pour faire respecter les règles.

Comme d’autres pays, l’Inde a imposé un confinement total à son milliard d’habitants pour lutter contre la propagation du Covid-19. Débuté le 24 mars, il est prévu de durer 21 jours.

Pour faire respecter le couvre-feu aux personnes qui n’ont pas de raison valable d’être dans les rues ou qui ne respectent pas les mesures de distanciation, les autorités indiennes ont mis en place un peu partout des barrages de police. Les contrevenants risquent un an de prison.

Mais la police indienne préfère une autre sanction plus immédiate : frapper les gens à coups de bâton, les forcer à faire des squats, des pompes, ou encore à se mettre dans des positions humiliantes…

Plusieurs vidéos à ce sujet circulent sur les réseaux sociaux, mettant en lumière cette violence policière subie par la population indienne.

L’Inde comptabilise pour le moment 1 251 cas confirmés et 32 morts.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Fortes houles : vigilance jaune sur une grande partie...

Météo-France Polynésie a placé en vigilance jaune pour fortes houles les zones : Tuamotu Sud, Tuamotu Est, Gambier, Australes Ouest, Tuamotu Centre Sud, Tuamotu Centre Nord, Tuamotu Centre, Australes Centre, Tuamotu Ouest, Mopelia, îles du Vent, îles Sous-le-Vent, Rapa. Cette forte houle provoquera une élévation importante du niveau de la mer dans les lagons exposés et de forts courants aux abords des passes.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV