mercredi 1 décembre 2021
A VOIR

|

Calédonie : “Le vaccin, seule clé pour rouvrir le pays”, estime le gouvernement local

Publié le

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a lancé mercredi un appel "à la responsabilité" de la population pour qu'elle se fasse vacciner, l'avertissant que le territoire, exempt du virus, ne pourrait "éternellement" resté coupé du monde.

Publié le 07/07/2021 à 10:37 - Mise à jour le 07/07/2021 à 10:37
Lecture < 1 min.

Le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie a lancé mercredi un appel "à la responsabilité" de la population pour qu'elle se fasse vacciner, l'avertissant que le territoire, exempt du virus, ne pourrait "éternellement" resté coupé du monde.

“Cet isolement ne peut pas être éternel. Un jour il faudra bien que la Nouvelle-Calédonie apprenne à vivre avec le virus et le seul moyen est d’atteindre l’immunité collective, en se faisant vacciner”, a mis en garde Thierry Santa, président du gouvernement collégial, évoquant une possible réouverture des frontières au 31 décembre 2021.

Face au “ralentissement” de la campagne, il a fait appel à “la responsabilité” des Calédoniens alors que de multiples centres de vaccination sont ouverts et que l’archipel ne manque pas de doses. L’État achemine chaque semaine 10.000 doses de vaccin Pfizer et les autorités sanitaires calédoniennes disposent en ce moment d’un stock de 60.000 doses, a indiqué le gouvernement.

“Nous avons fait un tiers du chemin. Sur les 180.000 personnes éligibles à la vaccination (12 ans et plus), il y en a encore environ 120.000 qui ne sont pas vaccinées”, a précisé M.Santa, .      

Depuis le début de la crise, la Nouvelle-Calédonie, qui n’a connu que deux mois de confinement, est parvenue à rester exempte de Covid-19, grâce à une réduction drastique de sa desserte aérienne (un vol Paris-Nouméa hebdomadaire) et à un sas sanitaire strict.        

“Nous sommes peut-être le seul pays au monde où il n’y a eu aucun mort”, a déclaré Thierry Santa (droite non indépendantiste), faisant valoir son “bilan sanitaire” alors qu’il devrait laisser jeudi son fauteuil à l’indépendantiste Louis Mapou. 

Un nouveau gouvernement, à majorité indépendantiste, a été élu le 17 février, mais il n’a jusqu’alors pas pu être installé, à cause de rivalité autour du choix du président. Les deux courants du FLNKS indépendantiste ont finalement annoncé le 1er juillet avoir trouvé un accord autour de Louis Mapou, ce qui devrait permettre l’installation du gouvernement collégial jeudi. 

infos coronavirus