vendredi 24 septembre 2021
A VOIR

|

Avec le décès de Georges Pernoud, “Thalassa” perd son capitaine

Publié le

Visage de "Thalassa" pendant près de quarante ans, l'animateur Georges Pernoud est décédé à l'âge de 73 ans après avoir partagé avec des millions de téléspectateurs sa passion de la mer... sous toutes ses formes.

Publié le 11/01/2021 à 14:04 - Mise à jour le 11/01/2021 à 14:04
Lecture 3 minutes

Visage de "Thalassa" pendant près de quarante ans, l'animateur Georges Pernoud est décédé à l'âge de 73 ans après avoir partagé avec des millions de téléspectateurs sa passion de la mer... sous toutes ses formes.

“Il est décédé (dimanche) dans un hôpital en région parisienne des suites d’une longue maladie”, a annoncé sa fille Fanny Pernoud à l’AFP.

Georges Pernoud avait créé ce magazine, à la longévité exceptionnelle, en 1975 et l’animait depuis 1980. “Merci pour tout Georges. Merci de nous avoir ouvert les yeux sur le monde pendant plus de 40 ans”, pouvait-on lire lundi sur le compte Twitter de l’émission.

En 2017, à cause de changements de programmation qu’il déplorait, l’animateur avait préféré quitter le navire et avait présenté son dernier numéro le 30 juin, en duplex de Saint-Malo, ville chère à l’émission.

France 3 avait alors rendu hommage “à celui qui, à travers ses 1 704 numéros de Thalassa depuis le 25 septembre 1975, a mené avec la rédaction de Thalassa des reportages et des enquêtes de grande qualité sur le monde de la mer et ceux qui en vivent”.

“Avec Thalassa (…), Georges Pernoud a transmis aux Français son amour de la mer et des paysages. À notre génération, aujourd’hui, de protéger cette nature qu’il nous a appris à connaître”, a salué Emmanuel Macron, dans un tweet.

Engagement pour la planète

Il a “fait voguer avec passion les Français sur toutes les mers et les océans pendant plus de 40 ans. Infatigable créateur et présentateur de grands programmes de service public. Bon vent, Monsieur”, a salué la patronne de France TV Delphine Ernotte.

Rencontre avec des pêcheurs, découverte d’archipels, portrait du père Jaouen qui pratiquait la réinsertion de jeunes par la mer, reportages sur la Route du rhum, mais aussi sur le sauvetage de migrants, la pêche au thon ou les delphinariums… L’émission a abordé “tous les domaines sur fond bleu”, se plaisait à dire l’animateur aux cheveux gris.

Sa mémoire est saluée unanimement dans la classe politique, toutes tendances et générations confondues, témoignant de sa grande popularité.

“Grand homme de télévision, il avait choisi Marseille pour sa première émission, en 1975 !”, s’est souvenu Renaud Muselier, président LR de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

“Son Bonsoir de ténor restera. Son engagement pour la planète aussi. Pendant 40 ans d’émission, Georges Pernoud a beaucoup contribué à la prise de conscience écologique”, a salué Eric Piolle, le maire EELV de Grenoble.

En plein Vendée globe, l’émission quotidienne de l’organisation, diffusée en live sur YouTube (Vendée Live) s’est terminée cette fois par le générique de “Thalassa”.

Le skipper Arnaud Boissières (La Mie Câline-Artisans Artipôle) a salué la mémoire de Georges Pernoud en buvant une bière au passage du cap Horn (offrande traditionnelle lors du passage de ce cap). “C’est une offrande pour tout le monde, pour le Pacifique, pour l’Indien pour le cap Horn, pour Neptune, pour tous mes amis, pour Georges Pernoud”, a-t-il affirmé.

Studio-péniche

La mer n’était pourtant pas a priori l’élément de prédilection de Pernoud.

Né en 1947 au Maroc, il est d’abord un amateur de montagne. Il fait ses débuts comme caméraman en 1968, travaille comme reporter et couvre sa première course à la voile autour du monde en 1973.

C’est là que la mer le prend dans ses filets. “La mer, c’est un autre monde où les seules choses qui comptent, c’est de flotter et avancer. Un monde où des choses absurdes deviennent très importantes, où le jour dure 24 heures”, racontait-il des années plus tard à l’AFP.

Devenu rédacteur en chef adjoint chargé de l’image de FR3 (aujourd’hui France 3) en 1975, il crée la même année “Thalassa”. Il doit le nom à son père, helléniste.

Les trois premières années, l’émission est mensuelle, puis devient hebdomadaire et est diffusée le vendredi en première partie de soirée à partir de 1989, avec un générique culte où des formes marines se transforment sur une musique envoûtante.

Autre particularité de l’émission: son studio est une péniche amarrée en bord de Seine. Solidement ancrée dans le paysage audiovisuel français, “Thalassa” remporte deux prix Albert-Londres dans les années 90.

Au début des années 2010, face à des audiences qui s’effritent, deux nouveaux présentateurs s’installent aux commandes mais quittent rapidement le navire.

Pernoud lui, part en 2017. Il avait publié son autobiographie en 2015, intitulée “Bon vent”, les mots avec lesquels il avait tourné la page de “Thalassa”.

Rédigé par

infos coronavirus