mardi 22 septembre 2020
A VOIR

|

Hitireva : la vie pour braver la mort

Le vainqueur du Hura tau en 2016 était l'un des groupes les plus attendus. Il a fait honneur à sa réputation, pour la deuxième soirée du Heiva, vendredi soir à To'ata.

Lecture 2 minutes

Un autre groupe expérimenté, mais en Hura ava tau, précède Hitireva vendredi. C’est Toahiva, créé en 2014 et dirigé par Moon Urima.

Danseuses de Toahiva – Photo : Mike Leyral

Toahiva raconte l’histoire de la belle Teipo. Et à travers elle, la lutte quotidienne entre notre ego et le chemin de l’humilité.

Leila Mou Sin, meilleure danseuse de Toahiva – Photo : Mike Leyral
Rupena Ahutoru, meilleur danseur de Toahiva – Photo : Mike Leyral
Costume onirique et délicat – Photo : Mike Leyral

Toahiva est une valeur sûre. Malgré quelques imprécisions de placements et beaucoup de coiffes tombées, le groupe montre une belle énergie, les costumes sont soignés et l’orchestre puissant.

Douceur et grâce pour cette danseuse de Toahiva – Photo : Mike Leyral

Les danseurs sont nombreux et en imposent sur scène. Seul bémol, peut-être : ils sont trop statiques sur les derniers tableaux, alors que la première partie impulsait des chorégraphies plus ambitieuses.

L’énergie libérée de Toahiva – Photo : Mike Leyral
Les Tamari’i Mahina ont ouvert la soirée par du tarava Raromta’i

Trois groupes de chants se sont produits vendredi. Tamari’i Mahina, puis Natiara, en tarava Raromatai. Natiara se distingue par un nombre importante de chanteurs, mais aussi une jolie saynète subtilement éclairée, jouée en arrière-plan par deux acteurs… et surtout son ra’atira ti’ati’a himene : Manaarii Maruhi est littéralement habité par son rôle. Ce groupe avait remporté une moisson de quatre prix l’an dernier, et compte faire aussi bien !

En Tarava Tahiti, c’est Tamari’i pane ora qui s’est produit vendredi, mené par Tiarenui Conroy. C’est la première participation de ce groupe de chant.

Hitireva : prêtes à l’envol – Photo : Mike Leyral

Avec un peu de retard, et des gradins qui ont un peu attendu avant de se remplir, Hitireva foule enfin la scène de To’ata. Kehaulani Chanquy a longuement harangué ses danseurs en coulisses. Sur les premiers tableaux, ils dégagent une formidable énergie.

Les crabes menaçants de Hitireva – Photo : Mike Leyral

Ce spectacle, brillamment écrit par Jacky Bryant, c’est une ode à la vie, à la nature, qu’il faut préserver… pour éviter notre propre mort. Un message écologique, et un messager : Tupaia, un sage qui sait déchiffrer les indices semés par la nature.

Une mâchoire de fer pour ôter la bourre en quelques secondes ! – Photo : Mike Leyral

Le public peut voir les danseurs ouvrir des noix de coco. Mais il est trop loin pour distinguer la subtilité des costumes. Sur les coiffes, de minuscules poissons côtoient des bernard-l’ermite. Un travail d’orfèvre.

Chaque costume a exigé des trésors de patience – Photo : Mike Leyral
Un costume végétal, également très travaillé pour Hitireva – Photo : Mike Leyral

Le groupe va toutefois connaître quelques problèmes d’alignement, surtout sur les côtés. Quelques accessoires perdus, aussi, sans doute à cause de la richesse et de la complexité des costumes. Mais la prestation est globalement très réussie, et soutenu par un orchestre de grande classe.

Minos se charge d’expliquer comment agir aux jeunes générations – Photo : Mike Leyral
Les charmantes tortues de Hitireva – Photo : Mike Leyral
Ce costume est moins convaincant, mais les garçons de Hitireva savent le mettre en valeur – Photo : Mike Leyral

Hitireva présente un florilège des meilleurs danseurs. Au premier rang, on distingue de nombreuses danseuses primées dans d’autres groupes, absents du heiva cette année, comme Hei Tahiti, ce qui garantit un excellent niveau technique. Autre atout, suffisamment rare pour être noté : les garçons sont très nombreux, et occupent dans le spectacle une place au moins aussi importante que celle des filles. A quand la parité au Heiva ?

Maima Normand, danseuse expressive de Hitireva – Photo : Mike Leyral

Kehaulani Chanquy semble avoir choisi une voie novatrice, assez spectaculaire. On est même plus dans le show que dans le concours de danses. Le public apprécie. Pour l’avis du jury, il faudra attendre le 17 juillet.

Matatini Mou, meilleure danseuse de Hitireva – Photo : Mike Leyral

Les solistes choisis par Hitireva impressionnent aussi. Matatini Mou, par sa technique et la difficulté des pas choisis. Noarii Teiva par sa vigueur et la qualité de son paoti.

Noarii Teiva, meilleur danseur de Hitireva – Photo : Mike Leyral

Laissez un commentaire

EVENEMENTS TNTV

[add_eventon tiles= »yes » tile_count= »2″ tile_bg= »1″ number_of_months=”2″] 

VOIR AUSSI

Tahiti Nui Télévision est une télévision à l’image des Polynésiens : enrichie de son passé, forte de sa culture et résolument tournée vers l’avenir.

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ-NOUS

Standard
Tel : +689 40 47 36 36 / Fax : +689 40 53 27 21
Email : [email protected]

Contactez la rédaction
Contactez la régie pub

TNTV

TNTV NEWS

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV