vendredi 3 juillet 2020
A VOIR

|

Vidéo – un pêcheur iranien surfe sur le dos d’un requin-baleine

Publié le

Publié le 23/07/2017 à 5:08 - Mise à jour le 23/07/2017 à 5:08
Lecture < 1 min.

Si certains clouaient au pilori le pécheur, d’autres plus mesurés et lègèrement provocateurs, expliquaientt qu’ils n’y voyaient là pas grand mal, puisque « l’on chevauchait bien des chevaux ».

Parmi les commentaires, celui de  Maryam Mirzaloo chercheuse iranienne en paléo-océanographie, qui explique que « Les requins-baleines, sont des poissons très amicaux, et de nombreux plongeurs parviennent à les approcher, mais il est clair que ce n’est pas très malin de leur grimper dessus ».

Expliquant, « Il faut garder à l’esprit qu’il ne faut pas toucher les animaux dans leur milieu naturel. Il y a des règles à respecter en matière d’approche des requins-baleines et pour préserver leur habitat. Même si l’attitude de cet homme n’a pas pu blesser l’animal, elle peut causer une situation de stress qui va le désorienter et qui n’est pas bonne pour sa santé ».

Après visionnage de la vidéo, Mohammad Tollab, le directeur de l’agence de protection marine et environnementale de la province de Bushehr, a expliqué que le pêcheur ne serait pas puni car il n’avait pas blessé l’animal. 

Le pêcheur de son côté, vu la polémique, a expliqué sur son Instagram que, « Nous aimons les baleines, et nous ne voulons jamais les blesser. Nous sommes des pêcheurs, et à chaque fois qu’une baleine ou un dauphin est coincé dans nos filets, nous déchirons nos filets, même si ces derniers coûtent très cher ».
 

Rédaction Web

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV