Pas d’accord trouvé, grève générale effective

Publié le

Sans surprise, le couperet de la grève générale et illimitée est tombé ce matin à minuit, à l'issue d'une longue journée de négociations. L’intersyndicale composée des 5 plus grandes centrales du Pays part en grève, en même temps que le mouvement des fonctionnaires d’État qui répondent ce mardi à l’appel national contre la réforme des retraites.

Publié le 07/03/2023 à 9:07 - Mise à jour le 07/03/2023 à 9:07

Sans surprise, le couperet de la grève générale et illimitée est tombé ce matin à minuit, à l'issue d'une longue journée de négociations. L’intersyndicale composée des 5 plus grandes centrales du Pays part en grève, en même temps que le mouvement des fonctionnaires d’État qui répondent ce mardi à l’appel national contre la réforme des retraites.

Malgré une longue journée de négociations hier, le préavis de grève déposé mercredi dernier par l’intersyndicale est arrivé à échéance, à minuit. Le protocole d’accord présenté par le gouvernement aux représentants des 5 centrales n’a pas été signé, 3 points sur les 14 revendications portées n’ayant pas trouvé de compromis.

La ministre du Travail Virginie Bruant a notamment refusé de céder sur la prime sur le pouvoir d’achat et sur la demande d’augmentation des subventions aux organisations syndicales, passée « de 19 millions à 98 millions Fcfp« .

« Ils n’ont pas voulu entendre qu’il n’est pas possible de passer des textes à l’assemblée entre maintenant et les élections, ni de s’engager sur des subventions en pleine réserve électorale« , a poursuivi la ministre. Un constat qui fait écho à l’analyse du MEDEF et de son président Frédéric Dock, pour qui l’essentiel des requêtes était déjà connu, la solution de la grève étant selon lui une façon de « remettre en avant leurs préoccupations » à quelques semaines des Territoriales.

Si les discussions devraient reprendre aujourd’hui, l’exécutif devra donc composer avec un double mouvement social.

Dernières news

Activer le son Couper le son