samedi 16 octobre 2021
A VOIR

|

“Ma Coloc” : une sitcom 100% made in Fenua

Publié le

Fraicheur, humour et professionnalisme : telles sont les caractéristiques de la nouvelle et première série sitcom réalisée par Lucid Dream Prod, une boîte qui a le vent en poupe.

Publié le 07/07/2021 à 16:39 - Mise à jour le 07/07/2021 à 19:00
Lecture 4 minutes

Fraicheur, humour et professionnalisme : telles sont les caractéristiques de la nouvelle et première série sitcom réalisée par Lucid Dream Prod, une boîte qui a le vent en poupe.

Intitulée “Ma Coloc”, la série produite par Lucid Dream Prod met en scène la vie de Taari, un jeune homme âgé de 23 ans et venant tout juste de faire son entrée dans la vie active. Son travail de pizzaiolo ne lui permet pas de couvrir les frais de son loyer, ce qui l’amène à chercher un colocataire. 2 saisons de 15 épisodes chacun ont déjà été tournés. Un total de 30 épisodes d’environ 10 minutes qui dévoilent chacun les personnalités d’autant de personnages différents. Avec un artiste, un surdoué, ou encore une miss, Taari va voir défiler une flopée de colocataires.

“C’est une série de type sitcom, c’est-à-dire qu’on a vraiment voulu le faire à l’américaine, comme Big Bang Theory, Friends, à construire les décors et faire jouer les acteurs dedans”, explique Manea Mazet, le directeur de production.

Une série presque autobiographique

A l’origine de ce scénario un peu loufoque, une idée mise sur papier et réalisée par Larry Kupper, mais surtout, l’histoire de la colocation de l’équipe de Lucid Dream Prod. “C’est une idée qui est dans la tête du réalisateur et auteur de cette histoire depuis le début de Lucid Dream, depuis 2013-2014”, explique Manea. “L’idée lui est venue parce que Lucid Dream, ça a commencé avec une colocation en fait. On a gagné en 2013 le Vini Film Festival et avec le chèque qu’on a reçu, on a pris une colocation et c’est comme ça que ça a commencé. L’idée a germé dans sa tête durant toutes ces années”.

En 2019, le scénario se concrétise et la production fait passer le casting pour un tournage prévu en 2020. Mais covid oblige, le projet est retardé et prend finalement vie en 2021. La mise en place des décors et le tournage, qui se termine dimanche, se font en seulement deux mois. Un rythme soutenu mais nécessaire.

Après près d’un mois de tournage, les équipes restent concentrées malgré la fatigue (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

“Ce qui a été le plus dur, c’est la continuité dans l’effort. Là, on est à notre 22ème jour de tournage, la fatigue commence à se faire ressentir. On fait de longues journées, la plupart du temps, on est là à 6h00 et on part à 20h00”, détaille Manea. “Le plus compliqué, c’est vraiment de combattre la fatigue sur cette durée”.

De l’investissement au perfectionnisme

Clin d’oeil à la pop culture, humour recherché, rien n’a été laissé au hasard pour offrir un divertissement de qualité aux téléspectateurs. “Je peux vous assurer que ce ne sera pas comme ce qu’on a l’habitude de voir, parce qu’on s’est vraiment cassé la tête sur tous les niveaux”, assure Manea.

Son, réalisation, caméras, lumières, régie, Lucid Dream n’a en effet pas lésiné sur les moyens, gérés par la petite quinzaine de personnes derrière les écrans et les décors. La production dispose même d’un clapper et d’un runner sur le tournage. Ceux qui s’attendent à un travail amateur seront donc déçus, car la majorité des scènes sont tournées en studio, dans un hangar aménagé à la Hollywood. La jeune équipe de Lucid Dream Prod a d’ailleurs déjà fait ses preuves puisqu’elle remporte le prix du public au FIFO 2019, avec le documentaire Patutiki. Lors de l’édition 2021, elle se démarque une fois de plus avec son film sur le champion Henri Burns, Pa’ari, qui lui vaut le prix du meilleur court-métrage océanien.

Le casting de “Ma Coloc” a également nécessité de l’investissement. 50 acteurs et figurants ont été mobilisés. Les comédiens sont coachés par Nicolas Arnould, un habitué de la scène au fenua. La plupart sont d’ailleurs des amateurs, comme l’acteur principal, Nicolas Yuen Thin Soi alias Taari. “Il nous impressionne parce qu’au fil des épisodes, il doit passer par la colère, la tristesse, par les pleurs. Jusqu’à présent, il a fait un sans faute, c’est impressionnant”, confie Manea.

Et Lucid Dream Prod ne compte pas s’arrêter qu’au public polynésien. L’équipe travaille en ce moment même avec des plateformes de streaming en ligne afin de permettre à “Ma Coloc” d’être diffusée ailleurs dans le monde. “Le réalisateur, son souhait, c’était de faire une série avec des personnes polynésiennes bien sûr, mais que ce ne soit pas ça qui soit mis en avant. C’est-à-dire qu’un étudiant polynésien par exemple à Bordeaux, il peut se mettre à la place de l’acteur principal. […] On a quelques clins d’œil bien sûr à la culture polynésienne mais ça pourrait se passer ici comme ça pourrait se passer au Canada, en France…”.

Il faudra attendre encore un peu avant de pouvoir visionner la série “Ma Coloc”. Elle sera diffusée début septembre sur TNTV, à raison d’un épisode par semaine avec une rediffusion le week-end.

Rédigé par

infos coronavirus