samedi 26 septembre 2020
A VOIR

|

Vente d’alcool : l’association Utuafare Mataeinaa plaide pour une « réglementation » plutôt qu’une « interdiction »

Publié le

S'adressant aux autorités, Utuafare Mataeinaa, l'association de lutte contre les violences intra-familiales remet en question l’interdiction de la vente d’alcool, et demande aux autorités de la réglementer plutôt, et de l'assortir d'une opération de prévention et d'information à destination des populations à risques.

Publié le 14/04/2020 à 13:02 - Mise à jour le 14/04/2020 à 13:09
Lecture < 1 min.

S'adressant aux autorités, Utuafare Mataeinaa, l'association de lutte contre les violences intra-familiales remet en question l’interdiction de la vente d’alcool, et demande aux autorités de la réglementer plutôt, et de l'assortir d'une opération de prévention et d'information à destination des populations à risques.

« Je vous demande de remettre en question l’interdiction de vente d’alcool et s’il le fallait de la réglementer. » Contre toute attente, l’association de lutte contre les violences intra-familiales, Utuafare Mataeinaa, voit d’un mauvais oeil la suspension prolongée de la vente d’alcool. « La surconsommation au sein des foyers fragilisés par la violence, est permettez-moi de vous le dire, faux ! » tranche sa présidente Alexandra David en s’adressant au Haut-commissaire et au président du pays. « Au contraire, » consommation d’alcool ou non, la violence est toujours là argumente la présidente. L’association prône plutôt la prévention et l’information « à destination des auteurs de violences et des victimes de violences » voire, « une mise en garde pour non-dénonciation. »

L’association met en garde notamment contre les dangers de l’alcool artisanal, rappelant que « le Polynésien qui veut boire trouvera toujours des moyens pour étancher sa soif et cela est d’autant plus dangereux lorsque l’interdit est de mise. » Elle invoque notamment l’Association nationale des Addictologues (l’ANPAA) sur « les effets imprévus » d’un « sevrage agressif ».

« La cessation de la vente d’alcool va entraîner chez certains buveurs dépendants des phénomènes de sevrage aigu, pouvant aller jusqu’au delirium tremens, dont les conséquences peuvent être plus sérieuses que le maintien de la consommation, même excessive », déplore l’association toujours en citant l’Anpaa. « Tous les buveurs dépendants ne sont pas violents et toutes les personnes violentes n’ont pas besoin d’alcool pour passer à l’acte ».

Si l’association reconnaît n’avoir reçu aucun coup de fil de détresse des victimes, elle rappelle également que celles-ci « n’ont certainement pas les moyens de la dénoncer puisqu’elles vivent 24 heures sur 24 avec leur bourreau. Il en est de même des enfants qui vivent et subissent les violences familiales !« 

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Les mesures de précaution renforcées dans les maisons de...

Aux maisons d'accueil médicalisées "Les Orchidées" à Pirae et Papeete, certains matahiapo sont plus vulnérables que d’autres, notamment les malades d’Alzheimer. Pour préserver ces personnes âgées dans le contexte sanitaire actuel, le personnel tente au mieux de maintenir le lien social malgré la limitation des visites.

Port du masque obligatoire : le tribunal administratif ordonne...

Par deux ordonnances rendues aujourd’hui, les juges des référés du tribunal administratif de la Polynésie française estiment que le haut-commissaire de la...

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV