vendredi 15 janvier 2021
A VOIR

|

Chloroquine : affichés sur les réseaux, des médecins portent plainte

Publié le

Un groupe Facebook a diffusé une liste de médecins prescrivant le protocole du docteur Raoult aux patients atteints de covid-19. Certains médecins se sont désolidarisés de ce mouvement. Le Conseil de l'ordre quant à lui, a fait un rappel par voie de communiqué.

Publié le 26/11/2020 à 15:47 - Mise à jour le 27/11/2020 à 9:06
Lecture 2 minutes

Un groupe Facebook a diffusé une liste de médecins prescrivant le protocole du docteur Raoult aux patients atteints de covid-19. Certains médecins se sont désolidarisés de ce mouvement. Le Conseil de l'ordre quant à lui, a fait un rappel par voie de communiqué.

Le 10 novembre, le conseil des ministres a levé les restrictions concernant la prescription de chloroquine tout en rappelant que les prescriptions hors autorisation de mise sur le marché doivent rester exceptionnelles et que les dernières études ne prouvent pas l’efficacité de la molécule sur le nouveau coronavirus.

Suite à cette annonce, quelques médecins du fenua ont décidé ou recommencé à prescrire les médicaments à base d’hydroxychloroquine à leurs patients atteints de covid-19, dans un contexte tendu. « Tout le monde n’est pas d’accord. Mais j’ai des médecins qui m’ont dit « je suis d’accord avec toi, mais je ne ferai pas le traitement (…) Il y a une pression un peu omniprésente par rapport à ce traitement, par rapport aux risques, par rapport à d’éventuelles représailles juridiques. Je pense que ça tout le monde le ressent », explique le docteur Eric Covic.

C’est dans ce contexte qu’une publication a fait le tour des réseaux sociaux ces derniers jours : une liste de médecins présentés comme fervents défenseurs de la très controversée hydroxychloroquine.

Le Conseil de l’Ordre des médecins a réagi dans un communiqué rappelant que : « conformément au code de déontologie médicale, la médecine ne saurait, en aucun cas, s’exercer comme un commerce et que les médecins ont pour devoir de veiller à l’usage qui est fait de leurs nom, qualités ou déclarations. »

Lire aussi – Médicaments à base d’hydroxychloroquine : la prescription, sous la responsabilité des médecins

Des médecins ont décidé de porter plainte pour diffamation. « Je suis choquée, vraiment très choquée de voir mon nom affiché publiquement, sans aucun consentement de ma part, dans une publication dont les propos sont vraiment racoleurs et tendancieux », confie le docteur Nathalie Colllin-Junot. Je dépose plainte pour un usage inconsidéré qui a été fait de mon nom et par des gens qui ne mesurent pas du tout les conséquences de leurs actes et les nuisances qu’ils peuvent causer aux autres. Nous devons pouvoir exercer la médecine sereinement, en adaptant les traitements, non pas à des effets de mode, mais vraiment à chaque patient et après un examen médical. »

« Nous devons pouvoir exercer la médecine sereinement, en adaptant les traitements, non pas à des effets de mode, mais vraiment à chaque patient« 

Docteur Nathalie Colllin-Junot.

Dans ce communiqué daté du 25 novembre, l’institution « met en garde ceux qui, par diffamation ou calomnie, seraient tentés ou viendraient à porter atteinte à l’honneur de la profession de médecin, d’une manière ou d’une autre, qu’ils seront systématiquement poursuivis devant les juridictions répressives. »

infos coronavirus