samedi 18 septembre 2021
A VOIR

|

Volley-ball : Nohoarii Paofai, champion de France de Ligue B avec les Hiboux

Publié le

Nohoarii Paofai, polynésien bien connu du monde du volley, vient de se voir décerner le titre de champion de France de Ligue B avec son équipe, le Plessis-Robinson surnommée "les Hiboux".

Publié le 17/04/2021 à 11:06 - Mise à jour le 25/04/2021 à 11:55
Lecture < 1 min.

Nohoarii Paofai, polynésien bien connu du monde du volley, vient de se voir décerner le titre de champion de France de Ligue B avec son équipe, le Plessis-Robinson surnommée "les Hiboux".

Après deux matchs aller-retour, les Hiboux se sont vus décerner le titre de champion de France de ligue B de volley-ball, en gagnant à domicile ce samedi matin (heure de Tahiti). Avec son équipe, le polynésien Nohoarii Paofai évoluera donc désormais en ligue A, la plus haute division dans cette discipline.

“Tout le monde est content, c’est quand même historique pour le club, confie le champion. Pour moi aussi, personnellement, c’est mon premier titre en France. Donc on est très content, on a fait du bon boulot : 3-0 sur les 2 matchs. C’était quand même serré au niveau des scores, mais on a su jouer ensemble. Dans les moments chauds on a su finir les points et après il n’y avait pas une seule balle qui tombait. On était comme des morts de faim sur le terrain, sourit Nohoarii. On voulait cette victoire.”

Concernant leur prochaine évolution en ligue A, “ça va être très dur avec de grands joueurs qui jouent en international, admet-il. Mais on aime les défis. On va aller combat ! C’est comme ça qu’on progresse.”

À seulement 25 ans, Nohoarii est déjà un incontournable dans l’univers du volley en Polynésie. Notre ‘aito n’a d’ailleurs de cesse de représenter son Pays, notamment en brandissant le drapeau polynésien lors de la remise des médailles.

Mais il est clair sur une chose, sa réussite n’est pas venue toute seule. “C’est grâce à ma famille. Donc je tiens à remercier mon papa, ma maman, mes deux frères et ma petite sœur qui ont été là pour moi parce que c’est grâce à eux que je suis là, sans oublier ma femme Tehei.”

L’étoile montante du volley-ball a d’ailleurs prévu de rentrer au fenua se ressourcer auprès des siens avant d’entamer son aventure en ligue A.

Rédigé par

infos coronavirus