Ultra-trail et projet de sentier GR à Moorea : « on a une montagne qui est luxuriante, qui est fantastique »

Publié le

Un nouvel ultra-trail à Moorea, vers une labellisation d'un sentier de GR (Grande Randonnée), la création de l'association Moorea Tumu Hau... Samuel Zijp, ultra-traileur, était l'invité du journal de TNTV :

Publié le 11/05/2024 à 11:08 - Mise à jour le 11/05/2024 à 11:30

Un nouvel ultra-trail à Moorea, vers une labellisation d'un sentier de GR (Grande Randonnée), la création de l'association Moorea Tumu Hau... Samuel Zijp, ultra-traileur, était l'invité du journal de TNTV :


La Ligue Ultra, une société française, a jeté son dévolu sur Moorea pour y organiser la grande finale d’un circuit d’ultra trails organisés chaque année dans le sud-est de l’Hexagone. Les organisateurs prévoient sur l’île sœur une course phare de plus de 100 kilomètres assortie de plusieurs parcours. L’ultra-traileur Samuel Zijp, le représentant local du projet était l’invité du journal pour en parler.

TNTV : Vous êtes le représentant du projet Ligue Ultra. Il s’agira de 4 ultra-trails et d’une sorte de finale qui sera organisée à Moorea.
Samuel Zijp ultra-traileur : « Voilà, sur Moorea sera organisée la Ligue Ultra Final. Il faut savoir que les coureurs en France auront besoin, en France, de courir les 4 ultra dans le quart sud-est de la France, de la Ligue, pour gagner les 100 billets d’avion que nous allons offrir, plus dossards pour 100 coureurs français, pour venir participer à la finale. »

Comment Moorea est-elle arrivée dans ce projet ?
« Alors, c’est vraiment la jonction de deux projets très intéressants. Ça fait depuis quelque temps qu’on avait envie de créer un sentier de grande randonnée à Moorea. Le sujet d’avant est très intéressant puisqu’on se trouve automatiquement confronté avec des problèmes fonciers, ce qui est tout à fait normal, puisque je n’ai pas forcément envie que des choses se passent dans mon jardin. Ça, nous pouvons le comprendre.
Et donc, le souhait d’une création de sentier de grande randonnée, est né grâce à mes trois années en tant qu’ambassadeur chez Air Tahiti Nui, qui m’ont permis de faire un petit réseau en France, mes amis se sont dit, tiens, pourquoi pas, est-ce qu’on créerait un truc à Tahiti Samuel ?
(…)
Moorea est un terrain qui est très propice pour plusieurs raisons. Déjà, il y a eu le XTERRA qui travaille depuis de longue date, qui fait un boulot titanesque, tout comme l’a fait le trail d’avant, le Painapo. Vous avez fait des super travaux pendant longtemps. Il y a le côté du cœur de l’île, on a le lagon aussi, donc c’est très représentatif de la Polynésie.
Tahiti est beaucoup plus compliqué. J’espère qu’à terme, d’ici quelques années, et si ça prend bien sûr à Moorea, j’espère pouvoir le faire sur Tahiti. Ce serait très intéressant. »

L’ultra trail de Moorea, ce sera donc un peu la cerise sur le gâteau, puisque les 100 meilleurs participants des quatre ultra-trails organisés dans l’Hexagone par la Ligue Ultra se verront offrir leur billet pour le fenua. L’idée, c’est aussi d’ouvrir cette course extrême à des participants locaux ?
« Tout à fait. On parle de Ligue Ultra Final, parce que ce sera pour les gens de Métropole pour gagner leur billet d’avion, parce qu’ils ne vont pas tous se payer un billet d’avion pour venir. La finale ici est ouverte à quiconque, c’est-à-dire que n’importe quel coureur ici pourra s’inscrire, bien évidemment, sur un des formats de course. L’idée, c’est de faire un 110-120 km, de faire à peu près 75 km, de faire un 30 km, de faire des courses plus petites aussi. Mais ce sera ouvert à tous, même le Français ou l’Américain qui veut prendre son billet d’avion et payer un dossard, bien évidemment qu’il sera avec plaisir le bienvenu. »

Les événements sportifs se heurtent parfois à des contestations. Comment comptez-vous gérer cela ?
« On a créé une association qui a pour but de promouvoir le sport montagne, en Polynésie de manière générale. Et donc l’association a été créée sur Moorea et s’appelle Moorea Tumu Hau. Moi, je suis le représentant sportif de l’association. Mais le but, c’est d’essayer de créer un sentier de grande randonnée, qu’on puisse avoir un label GR, comme on appelle ça en France. Donc ça, ce serait top parce que ce serait le premier en Polynésie. Ça interpelle, je ne sais pas si vous connaissez le sentier GR20 en Corse, qui est très connu et qui attire des touristes du monde entier.
Vous, Polynésiens, êtes assis sur une mine d’or, qui est la montagne. Alors le lagon, certes, est très joli, mais la montagne, il y a beaucoup, beaucoup de choses à faire. Donc l’association aimerait pouvoir créer, pouvoir entretenir et pérenniser un sentier qui fasse le tour de l’île.
Après, avec ça, justement, l’association, voudrait être le garant de ce sentier de grande randonnée. On aimerait avoir une discussion. Bien évidemment, strictement rien ne sera fait sans discussion préalable et sans accord de chaque propriétaire foncier. Ça, c’est hyper important. On va essayer de montrer tout ce qui est possible et la valeur qu’a la création de ce sentier là. Et en cas de problème ou quoi que ce soit, les propriétaires peuvent se retourner
vers l’association et avoir directement quelqu’un à qui parler. On a la chance, en tant que présidente d’association, d’avoir Marie-Rose, qui est propriétaire foncière du côté de Teavaro et qui est demandeuse de ça et qui a envie qu’un sentier passe par chez elle. »

C’est bénéfique également pour le tourisme, cette labellisation GR ?
« C’est hyper bénéfique parce que, encore une fois, les gens viennent en Polynésie, certes pour le lagon, mais on a une montagne qui est luxuriante, qui est fantastique. Et le pouvoir d’avoir un label GR, c’est un label qui est normé. Donc l’idée, c’est aussi de créer. Il y aurait déjà deux campings éventuellement en cours de projet chez des propriétaires qui seraient d’accord et qui ont envie.
C’est une émulation qui peut se faire. Ça se passe très bien à La Réunion. J’y suis déjà allé plusieurs fois pour aller courir la Diagonale des Fous. Et j’y retourne cette année. C’est vraiment une valeur ajoutée en plus. Donc, si on pouvait avoir cette normalisation label GR, ce serait vraiment la cerise sur le gâteau. »

Ce projet d’ultra-trail, concurrence-t-il la Xterra ou il y a de la place pour tout le monde ?
« Alors, peut-être que certains voient de la concurrence. Absolument pas, dans le sens où on est très pauvre en trail en Polynésie. Il y en a très peu. La Xterra se passe en mai. Nous, nous passons en octobre, donc on est à six mois d’intervalle. Les gens sont quand même assez demandeurs. Donc, non, pas du tout. »

L’association Moorea Tumu Hau, prestataire de la Ligue Ultra pour l’organisation du TMUT (Tahiti Moorea Ultra Trail) a plusieurs objectifs :
– favoriser une pratique des activités nature au sein de l’île de Moorea, respectueuse de ses habitants, de sa culture et de son patrimoine naturel ;
– mettre en place un week-end annuel de la fête de la montagne avec entre autres l’organisation d’un Ultra Trail sous l’égide de la Ligue Ultra France ;
– créer, entretenir et gérer un sentier de randonnée sur l’île ;
– mettre en œuvre toutes les stratégies favorisant un développement durable et harmonieux des activités natures en fédérant les propriétaires privés volontaires, les prestataires touristiques, les organisateurs d’évènements sportifs ou toutes autres structures désireuses de s’inscrire dans une logique de développement durable de Moorea ;
– favoriser la création d’emploi, la formation, l’insertion sociale et professionnelle des jeunes des quartiers prioritaires ;
– être créateur de lien social intergénérationnel ;
– être porteur d’actions éducatives auprès des écoles, des habitants de Moorea et des visiteurs ;
– protéger et promouvoir le patrimoine culturel de l’île ;
– mettre en place des actions de lutte contre les espèces animales et végétales envahissante ;
– promouvoir la pratique sportive douce et le sport santé.

Dernières news