samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Tahiti sur le toit du monde

Publié le

Publié le 13/11/2016 à 14:37 - Mise à jour le 24/06/2019 à 15:59
Lecture < 1 min.

Plus de 2 600 compétiteurs de plus de 45 pays, se sont affrontés en Gi et No-Gi sur les tatamis pour décrocher l’Or. Et la délégation tahitienne qui a fait le déplacement en force, a ramené pas moins de 81 médailles, dont 37 en or. Les Tahitiens, menés par Dany Gérard, permettent à Tahiti de terminer à la deuxième place des nations en terme de médailles.

Par ailleurs, le leader de la Tahitian Top Team (TTT) a de nouveau décroché les titres de champion du monde en ceinture noire dans la catégorie des super lourds et en open. Il a montré l’exemple aux jeunes espoirs qu’il a embarqué dans ses valises, et qui eux aussi ont décroché pas mal de titres. On retiendra la triple victoire d’Henri Burns, qui décroche pas moins de trois titres de champion du monde en Jiu-Jitsu.

Plusieurs clubs étaient représentés, comme ceux de Huahine, Moorea, Bernard Vénus Judo,Teva Jiu-Jitsu et bien sûr la Tahitian Top Team. Ils étaient 18 jeunes inscrits, menés par Marere Coquil, pour affronter le gratin mondial, et une chose est sure : Ils ont atteint leurs objectifs. Plusieurs d’entre eux ont rapporté un doublé-Or comme le jeune Bryan Dubois.

D’autres comme la prometteuse Sarry Pahape ont du être surclassés pour pouvoir combattre. Ainsi cette ceinture orange a combattu dans la catégorie ceinture bleue, et elle décroche une très belle médaille d’argent.
 

Rédaction Web avec SportTahiti.com

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.