A VOIR

|

Les coachs de Raiatea se forment au rugby

Publié le

9 coachs de Rugby de Raiatea se sont lancés dans une formation de 3 jours pour se préparer à l’obtention du brevet fédéral de rugby. À Raiatea comme sur l’ensemble des Raromatai, le Rugby se démocratise.

Publié le 14/10/2022 à 11:20 - Mise à jour le 15/10/2022 à 9:30
Lecture 2 minutes

9 coachs de Rugby de Raiatea se sont lancés dans une formation de 3 jours pour se préparer à l’obtention du brevet fédéral de rugby. À Raiatea comme sur l’ensemble des Raromatai, le Rugby se démocratise.

Au rugby, l’essentiel du jeu consiste à tenter de faire progresser le ballon vers l’avant pour marquer un essai. Rien de plus simple, sauf qu’il y a des règles à respecter et des techniques à mettre en place pour que le jeu soit fluide. C’est toute la difficulté quand on enseigne à des enfants de 8 à 10 ans : le métier d’éducateur évolue et nécessite un apprentissage permanent.

Gilles Lafitte, formateur agréé, partage son expérience sur “le rôle de l’éducateur, comment animer une séance amener les petits à évoluer, trouver des automatismes”. Évidemment, un entraînement de jeunes n’a rien à voir avec un entraînement senior. Pour prétendre travailler avec ces derniers, l’expérience est fondamentale.

Les 9 éducateurs des 2 seuls clubs de Raiatea vont ainsi apprendre à mieux structurer leurs entrainements. Ils doivent être capables de jongler entre le ludique, la stratégie et la technique, tout en s’amusant. “80% de l’entraînement, ça doit être du jeu ordonné, poursuit Gilles. Auprès de jeunes, on peut aussi de ces jeunes des challenges, des défis, ils adorent ça. Il faut construire ces séances, il faut les préparer pour qu’on ne soit pas surpris sur le terrain”.

(Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

Le brevet fédéral est une reconnaissance tant au sein de la fédération tahitienne que française. Il permettra également à ces éducateurs de prendre en charge des adultes et des équipes sélectionnées pour des compétitions locales et internationales.

Pour Florian Lankar, éducateur du Tupa club, c’est une opportunité à saisir : “On peut être amenés, si on va en France, à pouvoir aussi apporter notre savoir faire. Cela nous permet d’avoir un diplôme et des qualifications qui pourraient nous amener à avoir d’autres postes plus importants, à entraîner des jeunes, des senior, et pourquoi pas une sélection polynésienne ou une sélection des Raromatai plus tard”.

Avec des encadrants formés, le rugby pourra se développer sur l’île sacrée et peut-être bien mettre en lumière de talentueux joueurs locaux. On se souvient encore de Martin TAEAE, qui a intégré le centre de formation d’Agen en 2009 et a signé un contrat semi-professionnels au club de l’Avenir Valencien Rugby en 2015.