A VOIR

|

JO de surf 2024 : une fresque pour impliquer la jeunesse  

Publié le

Si vous êtes passés devant le ministère de l’Education à Papeete cet après-midi, vous avez certainement aperçu des élèves en action. Sous l’impulsion du ministère, et sous les directives de l’artiste Motahi Pierre, ces jeunes du collège Henri Hiro et du lycée Paul Gauguin participent à la création d’une fresque pour les étapes de surf des jeux olympiques de 2024 à Tahiti. Un projet éducatif et artistique qui répond à plusieurs objectifs...

Publié le 16/01/2023 à 16:56 - Mise à jour le 17/01/2023 à 9:23
Lecture 2 minutes

Si vous êtes passés devant le ministère de l’Education à Papeete cet après-midi, vous avez certainement aperçu des élèves en action. Sous l’impulsion du ministère, et sous les directives de l’artiste Motahi Pierre, ces jeunes du collège Henri Hiro et du lycée Paul Gauguin participent à la création d’une fresque pour les étapes de surf des jeux olympiques de 2024 à Tahiti. Un projet éducatif et artistique qui répond à plusieurs objectifs...

Ils ont troqué leurs stylos pour des pinceaux, ont quitté le calme de leur salle de classe pour le tumulte de la ville. Des collégiens de Henri Hiro et des lycéens de Paul Gauguin réalisent ensemble une fresque à l’approche des Jeux Olympiques 2024. Un projet les sensibilisant au rôle de l’art dans notre société, mais pas seulement.

L’objectif de ce projet c’est de permettre aux élèves qui peuvent être en grande difficulté à Henri Hiro, d’échanger, de travailler avec des élèves du lycée Paul Gauguin – qui est réputé pour ces excellents taux de réussite, et on espère que cette collaboration va faciliter le passage du collège au lycée“, explique Anne-Laure Champes, enseignante d’arts plastiques au collège Henri Hiro et au lycée Paul Gauguin.

Crédit : Tahiti Nui Télévision

Il s’agit aussi de proposer une nouvelle expérience à ces élèves. “C’est surtout de pouvoir sortir et de travailler dans un cadre plus agréable. Et aussi de plus grande envergure que juste dans le cadre du collège, là c’est directement travailler sur une fresque donc sur un mur, souligne Bastien Allegret, professeur d’arts plastiques au collège Henri Hiro. Donc c’est un autre support, et c’est travailler différemment. Donc ça apprend les élèves çà manier d’autres outils qu’uniquement le stylo ou le pinceau en classe, qui est fait pour dessiner sur une feuille ou sur une toile.”

Les jeunes peuvent s’inspirer du savoir-faire de l’artiste qui a été retenu pour réaliser cet œuvre. “Peut-être qu’il y a des élèves qui sortent du lot. C’est-à-dire qu’ils auront pour objectif de se lancer dans l’art pictural. Donc c’est moi aussi en tant que formateur et inspirant de cette discipline que j’essaie d’apporter un plus pour les inspirer“, estime Motahi Pierre allias Tropik’art.

On compte quelques passionnés du dessin parmi les participants. D’autres sont simplement heureux de participer à cette réalisation de 100 mètres carrés.