lundi 1 mars 2021
A VOIR

|

Confinement : des cours de Kung-fu en visioconférence

Publié le

En cette période de confinement planétaire, un jeune Polynésien, initié au Kung-fu auprès des moines Shaolin, partage son enseignement en visioconférence. Les élèves suivent ses cours à distance, à Tahiti, mais aussi en Europe.

Publié le 01/04/2020 à 12:08 - Mise à jour le 01/04/2020 à 14:25
Lecture 2 minutes

En cette période de confinement planétaire, un jeune Polynésien, initié au Kung-fu auprès des moines Shaolin, partage son enseignement en visioconférence. Les élèves suivent ses cours à distance, à Tahiti, mais aussi en Europe.

Erwan Covic a suivi pendant trois ans l’enseignement des moines Shaolin en Chine. Devant son ordinateur, il propose deux fois par jour et gratuitement des entrainements pour les internautes. La séance débute toujours par 30 minutes de gymnastique chinoise, les 8 mouvements de Qi Qong. « C’est le plus important, c’est le Ba Duan Jin. Des mouvements qui ont plus de 1 500 ans et qui sont gravés sur les murs du temple. On les travaille, et c’est vraiment de ces mouvements qu’est né le Kung-fu » explique le maître de Kung-fu.

Enfants, adultes… ils sont des dizaines à suivre les cours en direct, de Tahiti, Moorea mais également depuis les États Unis ou l’Europe. En ces temps de trouble mondial, l’art martial à distance permet aux participants de se concentrer sur le moment présent et de gommer un peu les craintes de la crise sanitaire.

Les réseaux sociaux rassemblent à distance. (Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

« Cela permet, en cette période de confinement, de faire circuler son énergie, travailler au mieux et d’allier force et souplesse » nous confie Xavier, un participant qui suit les cours en vision conférence depuis Moorea.

(Crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Gabriele Berthelot, un étudiant italien, suit les cours depuis une semaine de son domicile, à Milan. Il adapte son quotidien malgré le décalage horaire pour ne manquer aucune séance : « M’entraîner me fait sentir vivant, j’aime beaucoup la manière dont Erwan enseigne. Même si le décalage horaire me rend les choses un peu difficiles, je ne me suis pas trompé car n’est pas qu’une manière d’oublier un peu ce qu’il se passe chez moi et à l’étranger, cela me permet aussi de m’améliorer et de vivre en meilleure forme » explique t-il.

Le Kung-fu permet de travailler à la fois l’esprit, la souplesse et la force physique avec l’enchainement de différents coups de poing et coups de pied. Tous connectés à distance, les élèves progressent à leur rythme. « L’entrainement de Shaolin Tahiti, me donne de la force, je m’ennuie moins et je dors mieux » nous dit Louis, 8 ans, ravi de pratiquer cet art martial.

« Le Ji Ben Gong, c’est l’enseignement des mouvements de base du Kung Fu précise Erwan Covic. Les différents coups de poings et coups de pied de différentes formes et angles. On termine avec le Taolu, c’est un peu comme les kata en karaté, des enchaînements de mouvements ».

Chaque entrainement est l’occasion pour le jeune maître de transmettre à ses élèves connectés un peu de zen attitude pour mieux vivre le confinement lié au Covid-19.

infos coronavirus