A VOIR

|

À 12 ans, Mataiva a fait la traversée Tahiti – Moorea à la nage

Publié le

Retour sur une performance réalisée le week-end dernier lors de l’évènement ‘Au i tai marama : 10 nageurs ont rejoint l’île sœur à la nage depuis la pointe de Faa’a. Parmi eux, Mataiva, 12 ans seulement, nage dans le sillage de ses parents, passionnés de sports aquatiques.

Publié le 25/11/2022 à 15:02 - Mise à jour le 25/11/2022 à 16:15
Lecture 2 minutes

Retour sur une performance réalisée le week-end dernier lors de l’évènement ‘Au i tai marama : 10 nageurs ont rejoint l’île sœur à la nage depuis la pointe de Faa’a. Parmi eux, Mataiva, 12 ans seulement, nage dans le sillage de ses parents, passionnés de sports aquatiques.

Il n’a que 12 ans, mais partir nager dans le grand bleu ne l’impressionne pas. Sous le regard attentif de sa mère Puatea, Mataiva Paro Ellis s’entraîne 10 heures par semaine. Il nage en bassin les mardis et les jeudis, et en haute mer le samedi.

Le jeune homme pratique la natation depuis 5 ans. Dans la famille Ellis, la passion des sports aquatiques et de glisse se cultive de génération en génération. C’est la maman qui a d’ailleurs organisé l’évènement ‘Au i tai marama, le dimanche 20 novembre, au cours duquel 10 nageurs ont rejoint l’île sœur à la nage depuis la pointe de Faa’a.

On a eu le courant favorable et la houle favorable de secteur sud, explique Puatea Ellis, la mère de Mataiva. C’était super, c’était magnifique“. Elle n’a pas tout de suite réalisé l’ampleur de l’exploit réalisé par son jeune fils : “Ce n’est qu’après avoir diffusé la nouvelle que je me suis rendue compte de l’exploit qu’il a effectué ce jour-là“.

Comme son fils, Puatea est sportive depuis son plus jeune âge. Aujourd’hui elle continue la compétition et n’hésite pas à relever les défis les plus poussés. Elle a déjà réalisé deux fois la traversée entre Tahiti et l’île sœur. Pour l’encourager, Mataiva a toujours été aux premières loges. La semaine dernière, il a franchi le cap.  

Cet exploit, il l’a fait de manière très sereine, de manière très apaisante. Il n’a aucune appréhension à l’extérieur“. Une trempe héritée des parents : Matahiva ne fait pas que de la natation, il fait aussi de l’athlétisme et est inscrit en école des sapeurs-pompiers. Un tout que Mataiva exploite pour être le plus complet possible.

Finalement, Mataiva a nagé les quelques 17km en 5h et 45minutes : “ça s’est bien passé, assure-t-il. Quand on lui demande si la traversée n’était pas trop difficile, il secoue la tête : “non… ça va ! Mon prochain challenge, c’est de faire l’aller-retour, ce serait cool”.

S’il ne pense pas franchement à son avenir, Maitaiva est totalement serein, et fait preuve d’une décontraction étonnante lorsqu’on lui évoque de futurs challenges. “Je ne lui souhaite que le meilleur. C’est lui qui voit, il fera ce qu’il voudra. Je lui ai donné les clés nécessaires à la vie”, conclut Puatea.