jeudi 9 juillet 2020
A VOIR

|

Voyages : le protocole sanitaire pour les visiteurs à partir du 15 juillet en Polynésie

Publié le

La réouverture de la Polynésie aux liaisons internationales se fera à partir du 15 juillet. Voici le protocole sanitaire annoncé par le Pays et l'État pour les futurs visiteurs :

Publié le 06/06/2020 à 15:56 - Mise à jour le 10/06/2020 à 16:00
Lecture 2 minutes

La réouverture de la Polynésie aux liaisons internationales se fera à partir du 15 juillet. Voici le protocole sanitaire annoncé par le Pays et l'État pour les futurs visiteurs :

À compter du 15 juillet, la Polynésie française pourra de nouveau accueillir des visiteurs, touristes internationaux en sachant que dans un premier temps seuls l’Europe, les États-Unis et l’Amérique du Nord seront desservis, potentiellement Hawaii et la Nouvelle-Calédonie s’ils le souhaitent. La Nouvelle-Zélande n’envisage pas d’ouverture, avant septembre, à d’autres Pays que l’Australie. Concernant l’Asie, Air Tahiti Nui ne reprendra ses vols vers le Japon qu’au mois de septembre prochain.

Le dispositif de septaine sera levé pour l’ensemble des voyageurs, tant résidents que touristes.

Avant le vol

  • Test Covid-19 (RT-PCR) au moins 72 heures avant le départ (au frais du passager). Pas d’embarquement si test positif.
  • Une assurance de voyage international spécifique « Covid-19 » obligatoire pour chaque visiteur non-résident. Les assurances classiques ont une clause d’exclusion en cas de pandémie.

Pendant le vol

  • Application des règles sanitaires IATA pour le voyage (procédures aéroportuaires et au cours du vol)
  • Port du masque durant le vol
  • Remplir une attestation d’engagement sur l’honneur visant au Respect des gestes barrières et à autodiagnostic des symptomes. 
  • Remplir une fiche de renseignement sur leur séjour : itinéraire, transports inter-île, hébergements (contacts e-mail / téléphone / dates de séjour)

À l’arrivée à destination

  •  Port du masque obligatoire (à partir de l’âge de 11 ans)
  •  Respect des gestes barrières : un livret d’auto suivi est remis à l’arrivée de voyageur

Durant le séjour

  • Test pendant le séjour : au titre de la prévention sanitaire, le ministère de la Santé de Polynésie française sera amené à tester certains visiteurs pendant le séjour, selon des protocoles d’échantillonnages
  • Visite régulière d’un personnel médical habilité par la santé publique au sein des hébergements
  • Port du masque obligatoire en tout lieu et en tout temps (à partir de l’âge de 11 ans)
  • Respecter des gestes barrières en tout lieu et en tour temps
  • Auto-diagnostic des visiteurs : se signaler en cas de fièvre et/ou symptôme de la grippe, du COVID-19
  • Si un visiteur présente des symptômes ou est déclaré positif :
    • Isolation en quarantaine au sein de l’établissement concerné
    • Application du protocole des mesures à prendre (relais pris par la Direction de la Santé)

Lire aussi : La Polynésie s’ouvrira au tourisme international à partir du 15 juillet

Toutes les îles desservies seront accessibles aux visiteurs ainsi que tous les segments du tourisme polynésien : hébergements, activités, aérien domestique, charter, croisière en tête de ligne, la croisière transpacifique ne reprenant pas avant la fin d’année.

Concernant la croisière en tête de ligne, il est proposé de permettre la reprise de cette activité avec de la clientèle internationale dès le 15 juillet. Les compagnies et navires sont soumis aux mêmes protocoles que les autres visiteurs avec un suivi à bord (tel que détaillé dans le Guide de procédures du Tahiti Cruise Club). Tant le Paul Gauguin (protocole de la compagnie du Ponant) que l’Aranui disposent de protocoles sanitaires spécifiques Covid-19.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

114 tonnes de déchets ménagers rapatriés des îles en...

Au cours de l'année 2019, 114 tonnes de déchets ménagers spéciaux ont été rapatriés depuis Raiatea, Huahine, Apataki, Makemo, Makatea, Mataiva, Takaroa et Hiva Oa.

Une administration en sureffectif et sous-qualifiée, selon la CTC

Une administration en sureffectif et sous qualifiée. C’est le constat que dresse la Chambre Territoriale des Comptes dans son dernier rapport paru hier après une longue période de réserve en raison des échéances électorales. La CTC s’est penchée sur la gestion des ressources humaines de l’administration du Pays de 2010 à aujourd’hui. Et si quelques progrès ont été faits, ils sont insuffisants pour la juridiction qui plaide pour que des "réformes structurelles" soient entreprises "au plus vite".

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV