samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Viti, Vini, Vodafone: il y a de la place pour tout le monde

Publié le

Publié le 15/03/2017 à 15:52 - Mise à jour le 15/03/2017 à 15:52
Lecture < 1 min.

« Nous sommes pour que le jeu de la concurrence se fasse dans notre Pays » assure Jean-Christophe Bouissou. A ce titre, il compte faire une communication au conseil des ministres pour rendre compte de l’étude qui a été réalisée et dont les conclusions indiquent que « Nous avons les capacités d’accueillir trois opérateurs de téléphonie mobile dans notre pays. »

« Bien évidemment, lorsque l’on octroie une licence supplémentaire, cela occasionne forcément une remise en question de certaines stratégies en termes d’équilibre des comptes de ces sociétés ».

Selon le ministre, ce que regarde  le gouvernement, c’est l’intérêt de l’usager. « Que ce soit en faveur de l’usager et qu’il y ait une compétition qui se mette en place ».

Le ministre demande de la patience, l’étude vient de se terminer et il compte faire part de ses conclusions au gouvernement, et ce sera à lui de trancher. « Nous sommes là pour aider au développement de ces entreprises, et je tiens à rassurer tout le monde sur ce point. » assure t-il.

En attendant, Viti ronge son frein et attend l’octroi de la licence pour déployer sa 4G sur l’ensemble des communes de Tahiti. Vini dont la 4G est opérationnel depuis mercredi et Vodafone dont le réseau 4G sera effectif vers la fin de l’année ne couvrant, jusqu’à présent, avec la 4G, Papeete et son agglomération.
 

Rédaction Web

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.