samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Vidéo – Mamie Denise, confectionneuse de couronnes à Rangiroa

Publié le

Publié le 13/01/2019 à 14:15 - Mise à jour le 13/01/2019 à 14:15
Lecture 2 minutes

Denise Terii habite dans une maison située au cœur du village de Avatoru. Après avoir cueilli tôt le matin les fleurs de Tiare dans son jardin, elle commence à confectionner ses couronnes. « Je travaillais pour la commune à l’époque. Je préparais le repas des enfants à midi. Quand je rentrais du travail, je préparais mes couronnes jusqu’à la tombée de la nuit. Je confectionne toutes sortes de couronnes, c’est pour cela que j’ai des clients encore aujourd’hui » nous dit-elle.

Tous les habitants de Rangiroa et des atolls voisins comme Tikehau et Mataiva connaissent Denise. Depuis toujours, les familles font appellent à elle pour les mariages, les baptêmes ou encore les enterrements. Le planning de mamie Denise est très chargé. Elle ne comprend pas pourquoi les jeunes de l’atoll ne font pas comme elle.
 

« C’est faux de dire qu’il n’y a pas de travail sur l’île ! Premièrement, il y a le coprah, les grands propriétaires terriens sont prêts à payer les jeunes pour exploiter les cocos sur leurs terres. Mais les jeunes ne sont pas intéressés car il y a trop de nono. J’invite les jeunes filles à ramasser les coquillages ‘pupu’, ensuite, j’achète le tout pour confectionner mes couronnes » explique-t-elle.

À 63 ans, Denise est une référence dans l’art de confectionner des couronnes de fleurs ou de coquillages. Mais elle est surtout, pour les habitants du petit village de Avatoru, synonyme de courage et détermination.
 

Rédaction web avec Teuia André Vohi et Taurama Sun

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.