samedi 17 avril 2021
A VOIR

|

Vidéo – Des personnes âgées laissées sur des brancards : pour le ministre « la toile s’excite facilement »

Publié le

Publié le 01/03/2017 à 12:59 - Mise à jour le 01/03/2017 à 12:59
Lecture < 1 min.

Publiées mercredi, des photos font polémique sur la toile polynésienne. Les clichés montrent deux personnes allongées sur des brancards à l’hôpital de Taaone. La personne à l’origine des photos commente : « Deux personnes âgées laissées à l’abandon depuis plusieurs heures dans le hall d’entrée à la vue de tous et dans une chaleur étouffante, sans surveillance du personnel du CHPF, leurs affaires posées sur les jambes de l’une d’elles. Le personnel n’a-t-il donc aucun sens du respect de la dignité humaine ? Partagez un maximum ! Vous auriez pu être à leur place ou vos proches. » Les photos ont été partagées plus de 2600 fois en quelques heures…

Au micro de Tahiti Nui Télévision, le ministre de la Santé réagi : « J’ai l’impression que la toile s’excite facilement. L’hôpital c’est une grosse machine qui est technique et qui tourne bien. Il ne faut pas s’affoler sous le prétexte qu’il y a une personne assise ou allongée endormie sur un brancard. Tout ce que je peux dire c’est que si elles ont été mises là, c’est que ce n’était pas urgent. Si ça avait été urgent, elles ne seraient pas là ». 

Selon nos informations, le CHPF compte faire une enquête pour comprendre ce qui s’est passé et s’il y a eu une défaillance du service. 

Rédaction web (Interview : Tauhiti Tauniua Mu San) 

 

Jacques Raynal, ministre de la Santé

infos coronavirus

Nouvelle-Zélande : essai d’une application pour détecter le virus avant les symptômes

L'application, appelée "elarm", se connecte aux montres connectées ou aux appareils mobiles qui mesurent les performances sportives et utilise l'intelligence artificielle pour...

Retour sur une année de Covid en Polynésie

L’année dernière à la même période, la Polynésie était confinée. Un mauvais souvenir marquant le début d’une crise sanitaire et économique due à la Covid-19. Des premiers cas au compte-gouttes, puis la flambée, jusqu’au contrôle de l’épidémie depuis fin décembre, le Dr Henri-Pierre Mallet revient avec nous sur cette année difficile.