dimanche 19 septembre 2021
A VOIR

|

Vaccination : les médecins libéraux interpellent le ministre des outre-mer

Publié le

70% de personnes vaccinées parmi la population de plus de 16 ans : c’est le quota fixé par l’État pour rouvrir la libre circulation entre la Polynésie et la France. Un quota imposé de façon quasi dictatoriale, dénoncent les médecins libéraux, qui demandent des précisions sur les critères retenus pour le calcul. Ils ont adressé ce mardi un courrier au ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, dans lequel ils dénoncent un maintien à résidence forcé des Polynésiens.

Publié le 18/05/2021 à 17:10 - Mise à jour le 18/05/2021 à 17:10
Lecture 2 minutes

70% de personnes vaccinées parmi la population de plus de 16 ans : c’est le quota fixé par l’État pour rouvrir la libre circulation entre la Polynésie et la France. Un quota imposé de façon quasi dictatoriale, dénoncent les médecins libéraux, qui demandent des précisions sur les critères retenus pour le calcul. Ils ont adressé ce mardi un courrier au ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, dans lequel ils dénoncent un maintien à résidence forcé des Polynésiens.

70% des plus de 16 ans vaccinés : c’est l’objectif à atteindre pour pouvoir à nouveau circuler sans motif impérieux entre la Polynésie et l’Hexagone. L’annonce a été faite par le ministre des Outre-mer au début de sa visite au fenua, il y a 10 jours.

“70% de la population cible, c’est-à-dire des plus de 16 ans, avait indiqué Sébastien Lecornu sur notre plateau au terme de sa visite au fenua. La vraie psychologie, c’est de comprendre qu’il y a eu plus de 140 victimes ici et malheureusement, si on n’atteint pas cette immunité collective rapidement, l’épidémie peut recommencer, peut redémarrer.”

Un seuil valable pour la France mais pas pour les États-Unis avec qui les échanges ont repris depuis le début du mois. Le syndicat des médecins libéraux adresse un courrier à Sébastien Lecornu. Courrier dans lequel il déplore une décision quasi dictatoriale, et dénonce “un maintien à résidence forcé à la fois discriminatoire et injuste”.

“Au niveau épidémiologique, la situation sanitaire actuelle du fenua devrait permettre aux gens issus du territoire de pouvoir voyager librement, explique Didier Bondoux, le président du syndicat des médecins libéraux. Après il y a la question purement du citoyen qui fait que je ne vois pas pourquoi je n’aurais pas le droit de me déplacer en métropole, alors que je pourrais me déplacer à Los Angeles. Je pense qu’il faut adapter les démarches et les nécessités de contrôle à la situation épidémique du moment. Certains recours ont eu lieu déjà pour des Français habitant à l’étranger, et justement l’État a revu sa copie dans ce domaine-là. C’est la libre circulation des gens avec la vaccination à l’appui.”

Pour l’heure, moins de 17% des plus de 16 ans sont vaccinés. Si cette cadence se maintient, l’objectif de 70% ne sera pas atteint avant la fin du 3e trimestre 2021, voire au cours du 4e.

Sébastien Lecornu indique que des précisions complémentaires sur les déplacements dans les territoires ultramarins seront apportées d’ici le 9 juin.

Téléchargez ci-dessous le courrier du syndicat des médecins libéraux :

Rédigé par

infos coronavirus