jeudi 4 mars 2021
A VOIR

|

Une pétition pour soutenir le gouvernement d’Edouard Fritch

Publié le

Publié le 19/01/2015 à 8:38 - Mise à jour le 19/01/2015 à 8:38
Lecture 2 minutes

Une pétition a été créée via la plateforme Avaaz, samedi 17 janvier, pour soutenir « le gouvernement de Edouard Fritch ». 
Les auteurs appellent à l’union « autour de la stabilité politique indispensable à la bonne marche de ce Pays et au retour de l’emploi pour les Polynésiens. » La pétition a recueilli un peu plus de 300 signatures depuis sa mise en ligne. Elle est adressée au « président de l’assemblée territoriale de la Polynésie française », Marcel Tuihani.

Il y a peu, Yves Conroy a déposé un recours contre le gouvernement d’Edouard Fritch concernant la nomination de Tea Frogier en tant que ministre du Travail. Le recours a été transmis par le tribunal administratif au Conseil d’État. « Je reste optimiste. Et si les résultats du recours ne sont pas bons pour nous, on recommencera », avait déclaré le président Edouard Fritch en interview. 

On ne sait si la pétition mise en ligne ce week-end fait suite à ce recours. Les auteurs décrivent ainsi leur pétition : 
« Unissons-nous autour de la stabilité politique indispensable à la bonne marche de ce Pays et au retour de l’emploi pour les Polynésiens.
Peuple de Polynésie, de souche ou de cœur, rassemblons-nous et montrons que nous ne voulons plus d’une instabilité chronique, que les élus quels qu’ils soient se doivent de respecter nos attentes.
Nous avons le pouvoir de changer les choses, soyons le plus nombreux possible à signer cette pétition et à montrer ainsi, que nous soutenons le gouvernement actuel et son pouvoir légitime.
Donnons lui une chance de réaliser ce qui a été entrepris, au moins jusqu’aux prochaines élections, par notre soutien indéfectible. »
 

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu