jeudi 28 mai 2020
A VOIR

|

Tahiti Code Camp : une formation pour les futurs professionnels du web

Publié le

NUMÉRIQUE - La deuxième édition du programme "Tahiti Code Camp" du CNAM a débuté. Durant 10 semaines, 16 campeurs sélectionnés sur 350 candidats, s'initient aux métiers du Web et du codage au lycée hôtelier de Punaauia.

Publié le 15/04/2019 à 13:32 - Mise à jour le 18/06/2019 à 15:23
Lecture 2 minutes

NUMÉRIQUE - La deuxième édition du programme "Tahiti Code Camp" du CNAM a débuté. Durant 10 semaines, 16 campeurs sélectionnés sur 350 candidats, s'initient aux métiers du Web et du codage au lycée hôtelier de Punaauia.

HTML, Java, Python ou encore CSS… le jargon du langage de programmation n’aura bientôt plus de secret pour les 16 participants du Tahiti Code Camp,  qui se déroule jusqu’au 28 juin. La formation intensive de 330 heures en tout, s’oriente autour de trois modules : « savoir développer un logiciel », « Web Développeur initié » et « se former aux rudiments de l’algorithmie ». « Le langage de la programmation se base sur l’algorithmique. Et on va passer par ça, pour voir la logique qu’il y a derrière la création de logiciel etc. (…) On utilise la pédagogie par défi, par projet, dans laquelle on incite les élèves à pratiquer avant tout. On voit toutes les méthodes de logique qui existent en informatique » explique Evans Bohl, formateur en algorithmique.

16 apprentis codeurs ont été retenus parmi plus de 330 candidatures après avoir passé l’épreuve de culture numérique (QCM) et les épreuves d’entretien de groupe et de motivation. Le Tahiti Code Camp est une chance de se former aux métiers du numérique et promouvoir le talent des jeunes Polynésiens quel que soit leurs origines sociales.

Cette formation gratuite se fait en collaboration avec un programme similaire à Montréal. Objectif : créer des liens et échanger des pratiques de travail. « Nous avons mis ce programme en parallèle avec Montréal Code Camp pour permettre de créer des liens professionnels avec la première place des arts du numérique qu’est celle de Montréal, mais également pour pouvoir échanger sur des pratiques et avoir des repères sur des techniques internationales » déclare Christophe Gomez, directeur du CNAM en Polynésie française.

L’organisation d’un hackathon de clôture challengera d’ailleurs Tahiti et Montréal sur une durée de 4 jours.

Certains des candidats ont déjà appris les rudiments du codage derrière leur écrans, de manière autodidacte. Le Tahiti Code Camp leur permet de maîtriser le lexique du web et d’apprendre à créer des sites ou des applications avec des professionnels. « J’aimerai plus tard créer moi-même des logiciels ou des sites web pour des entreprises. Quand on aime ça, c’est pas compliqué. Sur le web, on peut se former tout seul facilement avec des cours en ligne gratuits ouverts à tous. J’espère en apprendre davantage avec cette formation » confie Teraimoana Tauraa, apprenti codeur.

Le mode d’apprentissage se fait par projet autonome, mais aussi collaboratif. Cette première étape dans le monde du numérique est un véritable tremplin pour parfaire un CV . Les participants pourront ensuite postuler à d’autres formations, et devenir intégrateur web ou encore technicien développeur par exemple.

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Coronavirus : la poste suspendue à la reprise des...

Depuis l’arrêt des vols, l’activité du centre de traitement du courrier Fare Rata a fortement ralenti. Elle ne dépend désormais que de la réouverture des liaisons aériennes internationales. Pour faire face, le centre a dû se réorganiser.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV