mardi 30 novembre 2021
A VOIR

|

Scooters, vélos électriques : les deux-roues inquiètent

Publié le

Sur les 5 premiers mois de l’année, 70% des accidents corporels ou mortels impliquent un deux-roues. Et parmi les causes, il y a parfois le défaut d’entretien de l’engin. Les professionnels de la sécurité routière appellent les usagers de la route à la vigilance, d’autant que sur la chaussée, les vélos électriques sont venus s’ajouter au flux de circulation.

Publié le 14/06/2021 à 16:59 - Mise à jour le 14/06/2021 à 16:59
Lecture 2 minutes

Sur les 5 premiers mois de l’année, 70% des accidents corporels ou mortels impliquent un deux-roues. Et parmi les causes, il y a parfois le défaut d’entretien de l’engin. Les professionnels de la sécurité routière appellent les usagers de la route à la vigilance, d’autant que sur la chaussée, les vélos électriques sont venus s’ajouter au flux de circulation.

23 accidents ont impliqué un deux-roues au cours des 5 premiers mois de l’année, un bilan quasi identique à celui de l’an dernier à la même période. Et selon les statistiques, ce ne sont pas les engins les plus puissants qui sont concernés. Selon le capitaine Daniel Christmann, officier adjoint à la sécurité routière, les scooters de 50cm3 sont particulièrement impliqués dans les accidents.

Le deux-roues est un moyen de transport pratique pour circuler dans le trafic routier, mais il reste l’un des plus risqués en cas de chute. La gendarmerie constate que le défaut d’entretien peut aggraver les conséquences d’un accident. Pour sensibiliser les utilisateurs des deux- roues, une opération « répare ton 50 cc » sera lancée prochainement en partenariat avec le comité des sociétés d’assurance. L’objectif : permettre aux usagers de remettre en état ce type d’engins. Concrètement, il s’agit de proposer, après l’établissement d’un devis, des bons pour une remise en état des organes de freinage, le changement des pneumatiques et la réparation de l’éclairage.

Mais sur les routes, un autre type de deux-roues inquiète aussi les professionnels de la sécurité routière : les vélos électriques ou à assistance électrique sont de plus en plus présents entre les voitures.

“Les vélos électriques, actuellement, sont en cours de règlementation par la direction des transports terrestres. C’est une règlementation qu’il faut faire évoluer, qui est prise en compte par les autorités du Pays et qui, à terme, devrait amenée un changement dans les textes de loi”, explique le capitaine Daniel Christmann.

Sans règlementation claire, ces nouveaux véhicules circulent entre les voitures et souvent même sur les trottoirs. Manque de piste cyclable en ville, besoin d’éviter les véhicules ou méconnaissance du code de la route ? Le flou persiste mais ces vélos sont de plus en plus nombreux. Henriette en possède un et reconnait que le risque est réel lorsqu’elle atteint une certaine vitesse.

“Mon modèle à moi, c’est plus les vitesses. […] Les clignotants, je fais avec mes mains”, explique Henriette. “Le vélo électrique, quand il est bien chargé, ça file comme un scooter. Ca dépasse même carrément le scooter”.

Contrairement à l’usager d’un scooter de 50cm3, l’utilisateur d’un vélo électrique n’est pas obligé de porter un casque. C’est pourtant fortement recommandé et même pour un passager.

infos coronavirus