jeudi 29 octobre 2020
A VOIR

|

Salon de l’habitat : investir en temps de crise

Publié le

Construire une maison ou acheter un bien immobilier, c'est le projet d’une vie. Le salon de l’habitat est l’occasion de rencontrer les professionnels de ce secteur, qui a lui aussi subi les revers de la crise du Covid. Pour concrétiser un projet immobilier et s’engager auprès des banques, l’acte est plus réfléchi et parfois retardé.

Publié le 10/10/2020 à 15:06 - Mise à jour le 10/10/2020 à 15:06
Lecture 2 minutes

Construire une maison ou acheter un bien immobilier, c'est le projet d’une vie. Le salon de l’habitat est l’occasion de rencontrer les professionnels de ce secteur, qui a lui aussi subi les revers de la crise du Covid. Pour concrétiser un projet immobilier et s’engager auprès des banques, l’acte est plus réfléchi et parfois retardé.

Une entreprise de construction de maisons individuelles, rencontrée au salon de l’habitat, a son carnet de commande plein jusqu’en février 2021. Mais après, c’est un manque de visibilité. Aujourd’hui face au prix du marché de l’immobilier, les ménages ont besoin d’une capacité d’emprunt importante. Et l’impact de la covid dans l’économie a freiné plusieurs clients à revoir leur projet d’investissement.

« Il y avait une baisse d’activité cette année par rapport au fait que certains clients qui avaient un pouvoir d’achat à l’époque normal par rapport à leur activité ont forcément eu une diminution de leur activité. Du coup ils ont mis leur projet en stand-by, tout simplement », indique Laurent Vauthier, constructeur de maisons individuelles.

Les professionnels de l’habitat notent toutefois un léger regain d’activité. Les ménages concentrent leur budget sur des biens essentiels comme le transport et l’hébergement. Les ventes de terrains ou de biens se poursuivent, pour une clientèle qui peut encore se permettre d’investir.

« Du côté des particuliers qui ont vécu le confinement dans un appartement, ils cherchent à améliorer leur cadre de vie. On le voit avec des achats de petits terrains un peu partout », confie Jacques Menahem, agent immobilier.

Les banques notent que le marché de l’immobilier se maintient mieux qu’elles ne l’avaient envisagé. Mais les demandes de crédits auraient baissé de 15% en moyenne, selon une banque de la place.

Les ménages épargnent beaucoup plus qu’avant et ont tendance à retarder leur décision d’investissement.

« Ils ne voyagent plus et la fermeture des lieux de divertissement font que les fonds disponibles dans les ménages sont plutôt sur les comptes courant et les comptes d’épargne, explique Fred Corniglion, directeur communication et marketing d’une banque. Ça permet, quand on fait un crédit, de faire plus facilement un apport. »

Du côté de l’aménagement, les ventes d’un spécialiste du mobilier extérieur se sont maintenues. L’entreprise a même embauché du personnel en pleine crise du covid. Hôtels, pensions de famille ou particuliers se sont équipés tout en faisant attention aux prix affichés.

infos coronavirus