mercredi 17 août 2022
A VOIR

|

Rikitea investit 6 millions de Fcfp dans une nouvelle scierie pour aider sa population

Publié le

Édouard Fritch, accompagné d’une partie de son gouvernement et de Dominique Sorain, haut-commissaire de la République, étaient en déplacement le week-end dernier à Mangareva. Ils ont profité de l’occasion pour visiter la scierie de Rikitea, qui se veut d'utilité économique et sociale.

Publié le 06/07/2022 à 9:23 - Mise à jour le 06/07/2022 à 9:23
Lecture 2 minutes

Édouard Fritch, accompagné d’une partie de son gouvernement et de Dominique Sorain, haut-commissaire de la République, étaient en déplacement le week-end dernier à Mangareva. Ils ont profité de l’occasion pour visiter la scierie de Rikitea, qui se veut d'utilité économique et sociale.

L’enjeu de la mise en place de la scierie de Rikitea est de satisfaire les besoins en matériaux de construction de la commune ou encore ceux de la population, tout en baissant les prix par rapport au bois importé : “C’est ce qui va revenir moins cher, parce que le prix qui a été mis en place par la commune est de 1200 Fcfp l’heure pour le découpage du bois. On fait déjà une différence : pour une maison de 60 m² on a facilement 300 à 400 000 Fcfp de bois à commander à Tahiti, même si le fret est pris en charge par le pays, alors qu’ici à la scierie, vous allez payer peut-être 120 000 Fcfp au total“, se réjouit Vai Gooding, maire de Rikitea.

Scierie de Rikitea (Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)

Du 2×2 au 2×12, en passant par les grosses poutres et avec un stock en bois de plusieurs dizaines d’années, la scierie est capable de fournir du bois dans toutes les dimensions nécessaires à la construction. Si sa vocation première est avant tout sociale et utilitaire, la perspective de création d’emploi n’est pas pour autant négligée. Le maire encourage la jeunesse de l’île à s’investir dans la scierie: “S’il y a des jeunes motivés et ambitieux, pourquoi pas se lancer dans une scierie ? La commune s’est lancée dedans parce qu’elle a besoin de beaucoup de bois pour ses réalisations. C’est une façon d’économiser le budget communal”.

6 millions de Fcfp ont été investis par la commune dans cette scierie qui emploie deux personnes à plein temps.

Édouard Fritch, Dominique Sorain et Vai Gooding (de gauche à droite) (Crédit Photo : Tahiti Nui Télévision)
Article précédentFocus Heiva du 5 juillet
Article suivantGrey’s Anatomy

infos coronavirus