jeudi 22 octobre 2020
A VOIR

|

Raiatea : la distribution d’énergie revient à la normale

Publié le

À Raiatea, la commune de Uturoa peut enfin souffler. Après deux semaines de délestage, elle réussit finalement à reprendre la main sur sa distribution d’énergie. Un tour de force réalisé en régie, et la commune de Uturoa s’en félicite car, selon elle, le Pays et l’Etat auraient oublié ses obligations en termes d’assistance aux collectivités.

Publié le 12/10/2019 à 15:54 - Mise à jour le 12/10/2019 à 15:55
Lecture 2 minutes

À Raiatea, la commune de Uturoa peut enfin souffler. Après deux semaines de délestage, elle réussit finalement à reprendre la main sur sa distribution d’énergie. Un tour de force réalisé en régie, et la commune de Uturoa s’en félicite car, selon elle, le Pays et l’Etat auraient oublié ses obligations en termes d’assistance aux collectivités.

C’est un réel soulagement pour les élus de la commune et l’équipe de la centrale électrique. Le groupe électrogène tombé en panne il y a deux semaines est à présent opérationnel. Depuis sa mise en route, les indicateurs restent dans le vert et indiquent une production d’énergie équivalente à 2 méga. Combiné aux deux autres générateurs en fonction, la centrale peut enfin assurer l’appel de charge de Uturoa et suspendre son planning de délestage.

« Nous avons eu deux semaines difficiles puisque c’est la première fois qu’on vit une situation comme ça à la centrale de Uturoa, et c’est la première fois qu’on a mis en place un programme de délestage secteur par secteur, explique Sylviane Terooatea, la maire de la commune. Aujourd’hui, je peux dire que le programme de délestage est derrière nous. »

(crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

Un tour de force dont se félicite le délégataire de la centrale électrique de Uturoa, qui aura mobilisé au-delà de ses fonctions d’adjoint au maire, tout un réseau de collaborateurs, d’amis et de professionnels pour mener à bien les opérations.

« Ce sont des pièces qu’on a dû faire venir en urgence de Nouvelle-Zélande, de Singapour, et on a réussi le tour de force d’avoir ces pièces, ici à Raiatea, en trois jours, se réjouit Dominique Goche, le délégataire de la centrale électrique et 3e adjoint au maire. Et ça n’a pas été facile. Les techniciens se sont employés à remplacer des éléments majeurs du moteur : les chemises, les pistons, le coussinets de bielles, les turbos, les pompes à eau… Le moteur a vraiment été remis à neuf dans sa quasi intégralité. »

La situation aurait pu se dénouer plus rapidement selon la commune de Uturoa, qui regrette une assistance insuffisante de l’Etat et du Pays, dans sa mésaventure.

« C’est un service public qui a été défaillant. La défaillance, l’Etat doit venir remplacer, doit venir aider, secourir la collectivité de l’Etat, chose que je n’ai pas eu, s’insurge Sylviane Terooatea. Le Pays m’a missionné un conseiller technique de l’énergie, mais qui n’a pas abouti, donc on s’est débrouillé par nous-mêmes. »

Des spécialistes de Nouvelle-Zélande sont intervenus. (crédit photo : Tahiti Nui Télévision)

La venue de spécialistes de Nouvelle-Zélande a permis de soulever des défaillances professionnelles et la commune ne compte pas en rester là. D’ici quelques semaines, elle déclenchera la remise en état de ses deux autres générateurs, afin d’assurer une meilleure stabilité dans sa distribution d’énergie.

REPORTAGERony Mou-Fat

infos coronavirus

Les programmes des vols internationaux d’octobre 2020 à mars 2021

Les compagnies aériennes internationales desservant la Polynésie française ont déposé, pour approbation, leurs programmes de vols pour la saison IATA Hiver 2020-2021, courant du 25 octobre 2020 au 27 mars 2021. Ces programmes de vols s’inscrivent dans le contexte de la pandémie mondiale de la Covid-19.

Covid-19 : quels protocoles sanitaires pour les infirmiers libéraux à Raiatea ?

Plusieurs corps de métiers sont directement exposés à la Covid-19. Parmi eux, les infirmiers libéraux. À Raiatea, ils sont cinq à exercer cette profession. Depuis le mois de mars, leurs visites à domicile sont soumises à un protocole très rigoureux, afin de les protéger, ainsi que leurs patients.