dimanche 11 avril 2021
A VOIR

|

Plus de deux semaines sans nouveau décès lié à la covid-19 en Polynésie

Publié le

Les indicateurs sont au vert : les hospitalisations pour la covid-19 sont en baisse et cela fait plus de deux semaines qu'aucun nouveau décès de personne atteinte du nouveau coronavirus n'a été recensé.

Publié le 25/03/2021 à 10:49 - Mise à jour le 25/03/2021 à 10:52
Lecture 2 minutes

Les indicateurs sont au vert : les hospitalisations pour la covid-19 sont en baisse et cela fait plus de deux semaines qu'aucun nouveau décès de personne atteinte du nouveau coronavirus n'a été recensé.

Le dernier décès d’une personne atteinte de covid-19 est recensé dans le carré épidémiologique du 8 mars. Depuis, il n’a été fait mention d’aucun nouveau décès. Le nombre de décès reste stable, à 141 depuis le début de l’épidémie en Polynésie.

On compte seulement deux nouvelles hospitalisations la semaine dernière. Le nombre d’hospitalisés pour la covid reste à 6 dont deux personnes en réanimation.

Fin octobre, le taux d’incidence était de 682/100 000 pour l’ensemble de la Polynésie. Il est aujourd’hui de 15/100 000

Les autorités ont décidé d’accélérer la campagne de vaccination. Toute personnes dès 18 ans peut se faire vacciner. La priorité reste cependant aux plus de 60 ans et aux personnes porteuses de comorbidités.

La campagne de vaccination a commencé dans les îles, à Ua-Pou, Tubuai, Fakarava, Hao et Makemo. Elle reste actuellement contrainte du fait des difficultés logistiques liées au vaccin et aux ressources humaines médicales limitées dans les îles éloignées, explique la plateforme covid dans son dernier bulletin.

Selon les derniers chiffres, le taux de couverture vaccinale complète chez les plus de 18 ans est de 3,2% mais 45,3% chez les plus de 75 ans.

En fin de semaine dernière, 17 563 personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin, soit 8,8 % de la population de plus de 18 ans, dont 6 411 (3,2%) ont été vaccinées avec 2 doses.

La plateforme rappelle que les vaccins utilisés font l’objet « d’une surveillance renforcée ». Les professionnels de santé doivent déclarer à l’Agence de régulation de l’action sanitaire et sociale (Arass), tout effet indésirable. Depuis le début de la campagne de vaccination, 76 déclarations ont été faites selon les chiffres de la plateforme, soit 0.3% des injections, dont 5 effets indésirables graves. Des investigations sont en cours pour ces cas mais pour l’instant, « aucune imputabilité au vaccin n’a été mis en évidence ».

infos coronavirus