dimanche 14 août 2022
A VOIR

|

Pass vaccinal : les inquiétudes du patronat

Publié le

Le projet de loi a été validé par l'Assemblée nationale en première lecture hier : le pass vaccinal pourrait être appliqué en Polynésie d'ici la mi-janvier. Pour les organisations patronales, le dispositif est vu comme une "responsabilité supplémentaire". Le président du Medef Polynésie, Frédérick Dock, espère néanmoins que le pass vaccinal permettra quelque part un retour à la vie d'avant covid.

Publié le 07/01/2022 à 16:30 - Mise à jour le 07/01/2022 à 16:37
Lecture 2 minutes

Le projet de loi a été validé par l'Assemblée nationale en première lecture hier : le pass vaccinal pourrait être appliqué en Polynésie d'ici la mi-janvier. Pour les organisations patronales, le dispositif est vu comme une "responsabilité supplémentaire". Le président du Medef Polynésie, Frédérick Dock, espère néanmoins que le pass vaccinal permettra quelque part un retour à la vie d'avant covid.

Le projet de loi qui prévoit de transformer le pass sanitaire en pass vaccinal a été adopté en première lecture par l’Assemblée nationale, hier. Le Sénat examinera le texte dès la semaine prochaine.

En Polynésie, si l’application du pass vaccinal est calquée sur celle de la métropole, les restaurants et bars devront le contrôler auprès de leurs clients. Les chefs d’établissements concernés voient le dispositif comme une “responsabilité supplémentaire”. “Si on met un pass en place, ça doit permettre à minima d’obtenir des libertés complémentaires, en tout cas des libertés compensatoires, par exemple la capacité d’augmenter le nombre de convives à table”, avance le président du Medef Polynésie, Frédérick Dock. “Si en face du pass, il n’y a pas un minimum de marge de manœuvre proposée aux chefs d’établissements, ça sera très compliqué de le faire accepter”.

Les représentants des organisations patronales se sont entretenus mardi soir avec l’Etat et le Pays afin de “réfléchir à toutes les conséquences” du pass vaccinal. Une rencontre pour préparer les chefs d’établissements, qui réclament en retour plus de flexibilité au sein de leurs restaurants : “c’est au chef d’établissement d’assurer le contrôle […] et c’est aussi au chef d’établissement de prendre la responsabilité que ses clients soient vaccinés”, détaille le président du Medef. “Aujourd’hui les marges de manœuvres sont faibles. Les seules qu’on a en négociation, c’est de dire ‘dans ce cas, autorisez-nous à vivre plus normalement qu’actuellement à l’intérieur des établissements'”.

Si le pass vaccinal vient à être appliqué en Polynésie, hors de question de faire du favoritisme. Pour Frédérick Dock, chaque restaurateur doit être concerné : “si on met en place un pass vaccinal […], il faut qu’il soit étendu à l’ensemble des établissements concernés, qu’ils soient petits ou grands. Et il n’est pas question que ce soit uniquement les établissements qui ont pignon sur rue qui soient porteurs des contraintes et que ceux qui sont à côté l’adaptent à leur façon”.

Initialement prévue pour le 15 janvier en métropole, l’entrée en vigueur du pass vaccinal devrait se faire avec quelques jours de retard, en fonction de la décision du Sénat.

infos coronavirus