vendredi 26 février 2021
A VOIR

|

Oncologie : la Nouvelle-Calédonie veut envoyer ses malades en Polynésie

Publié le

Publié le 20/01/2016 à 9:53 - Mise à jour le 20/01/2016 à 9:53
Lecture 2 minutes

Ce jeudi, le ministre de la Santé Patrick Howell et la ministre du Travail Tea Frogier, ont rencontré une délégation de Nouvelle-Calédonie. Valentine Eurisouké, membre du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, en charge de la Santé, était présente. La délégation souhaite visiter le Centre hospitalier de Polynésie française. La Nouvelle-Calédonie prévoit en effet d’envoyer ses malades atteints de cancer au fenua. « Nous sommes intéressés par la radiothérapie qui se fait ici chez vous. Jusqu’à présent, nous envoyions nos patients calédoniens en Australie. En attendant l’ouverture de notre médi-pôle qui sera basé à Koutio à Nouméa, nous prévoyons d’envoyer nos patients en Polynésie française », explique Valentine Eurisouké au micro de Tahiti Nui Télévision. 

La Nouvelle-Calédonie juge le Centre hospitalier de Polynésie à la pointe de la technologie. Faire venir des patients de Nouvelle-Calédonie dans un autre territoire français sera également plus simple pour le Caillou. « La Polynésie qui est un territoire français est équipée de matériel en radiothérapie. Il est dans l’intérêt de la Nouvelle-Calédonie d’avoir cet échange avec la Polynésie », a déclaré  Valentine Eurisouké. 

300 à 400 patients calédoniens pourraient venir se faire soigner au fenua. Durant sa visite, la délégation de Nouvelle-Calédonie souhaite également mettre en place « les premières modalités pour que les patients de Nouvelle-Calédonie puissent rapidement être évacués vers la Polynésie française ». Selon Valentine Eurisouké, « le comité d’organisation sociale et sanitaire de la Nouvelle-Calédonie ainsi que le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ont déjà donné un avis favorable » à cet échange. 

Une fois que le Médi-pôle de Nouméa sera opérationnel, les échanges entre la Polynésie et le Caillou ne devraient pas cessés pour autant. « Le Médi-pôle sera opérationnel en début 2017. A ce moment-là les patients calédoniens pourront être traités sur place à Nouméa, mais ça ne nous empêchera pas de continuer les relations médicales avec la Polynésie française sur d’autres prestations médicales ». 

Rédaction Web (Interview : Esther Parau-Cordette)

Valentine Eurisouké, membre du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, en charge de la Santé

infos coronavirus