mercredi 1 décembre 2021
A VOIR

|

Nina Smits, l’une des meilleures notes au bac 2021 au fenua

Publié le

19,35, c’est l'une des meilleures notes au baccalauréat 2021 en Polynésie française. Et c'est celle de Nina Smits. À 18 ans, cette jeune fille se destine à la médecine.

Publié le 28/06/2021 à 10:26 - Mise à jour le 28/06/2021 à 15:33
Lecture 2 minutes

19,35, c’est l'une des meilleures notes au baccalauréat 2021 en Polynésie française. Et c'est celle de Nina Smits. À 18 ans, cette jeune fille se destine à la médecine.

“Hier on a juste fait un happy hour avec mes amis pour fêter le bac et fêter la fin de toute cette pression, de tout ce stress”, confie Nina. De la pression et du stress que cette lycéenne de Paul-Gauguin semble avoir particulièrement bien contrôlés. Avec 20 aux épreuves écrites et orales en français, 20 au grand oral, 19,9 en mathématiques, 19,6 en physique-chimie et 19 en philosophie… la jeune femme de Punaauia décroche le bac avec 19,35 de moyenne, la mention très bien et les félicitations du jury.

“Quand on m’a appris la nouvelle, je pensais que c’était une blague. Je ne pensais pas que c’était possible, sourit Nina. Et quand j’ai compris, j’étais tellement heureuse et tellement émue. En début d’année, je travaillais beaucoup, je n’avais pas d’activités extra-scolaires. Au 2e et 3e trimestres, j’ai relâché un peu la pression et j’ai eu de meilleures notes. Donc je pense que c’est la clé de la réussite. En seconde, il y a un professeur qui m’a vraiment fait aimer la physique-chimie, c’est d’ailleurs comme ça que j’ai pu participer au concours général de physique-chimie en mars dernier.”

Nina n’est pas seulement studieuse. Musicienne et sportive, elle collectionne également les récompenses hors du lycée. “J’ai plein de médailles de badminton que j’ai obtenu en faisant du haut niveau en compétition, que ce soit des compétitions locales, mais aussi des compétitions en Nouvelle-Zélande et en Australie”, indique-t-elle.

À la rentrée, Nina compte marcher dans les pas de sa mère, médecin au dispensaire de Faa’a. “Je vais faire la première année de médecine à l’Université de la Polynésie française. J’ai vraiment pour objectif de le réussir dès la première année”, précise-t-elle.

“Je pense qu’on a développé une passion commune et c’est vrai que ça me fait très plaisir. Je suis ravie de pouvoir partager ça avec elle, confie Julie, sa mère. J’ai une petite pensée et quelques encouragements quand même pour les enfants au rattrapage. Il ne faut pas lâcher, il faut y croire jusqu’au bout.”

infos coronavirus