jeudi 23 septembre 2021
A VOIR

|

Les syndicats de l’éducation appellent au confinement et à la fermeture des écoles

Publié le

Changement de ton du côté des syndicats de l’éducation face à l’évolution de l’épidémie. Si ces derniers jugeaient la reprise des cours nécessaire, ils demandent désormais aux pouvoirs publics de fermer les écoles pendant 15 jours. Une mesure qui devra logiquement s’accompagner d’un "vrai" confinement souligne le syndicat, soit au-delà du week-end, comme annoncé par le haut-commissaire et le président Fritch.

Publié le 17/08/2021 à 20:39 - Mise à jour le 17/08/2021 à 20:39
Lecture 2 minutes

Changement de ton du côté des syndicats de l’éducation face à l’évolution de l’épidémie. Si ces derniers jugeaient la reprise des cours nécessaire, ils demandent désormais aux pouvoirs publics de fermer les écoles pendant 15 jours. Une mesure qui devra logiquement s’accompagner d’un "vrai" confinement souligne le syndicat, soit au-delà du week-end, comme annoncé par le haut-commissaire et le président Fritch.

Plus question de tergiverser du côté des syndicats de l’éducation. La conférence de presse organisée ce matin par les délégués syndicaux quelques heures avant l’allocution État-Pays, avait justement vocation à faire passer le message. Car si en début de semaine, on cherchait encore à éviter un confinement et une fermeture générale des écoles, le discours aujourd’hui n’est plus du tout le même. “Nous étions convaincus que toutes les mesures étaient prises pour assurer la sécurité sanitaire de nos enfants dans les écoles” justifie le président de la fédération des associations des parents d’élèves de l’enseignement publique, Tepuanui Snow. Les échos anxiogènes de soignants débordés de patients dans les structures hospitalières a bien fini par convaincre. “Il faut prendre des mesures à la hauteur de la situation” reconnaît le secrétaire général du Snetaa-FO, Maheanuu Routhier.  

Moorea, Hao, Maupiti, Taha’a, Makemo : en parallèle, l’accélération des contaminations n’épargne plus personne, alors que les établissements scolaires annoncent à tour de rôle des fermetures. Pour préserver ce qu’il reste des effectifs, les syndicats de l’éducation ne voient plus d’autres solutions que de suspendre la rentrée. “Nous demandons humblement au haut-commissaire et au président du Pays de réfléchir à la fermeture entière des écoles” reprend Tepuanui Snow. Et par soucis de cohérence, cette mesure devra forcément s’accompagner d’un “vrai” confinement ajoute le syndicat. “Le confinement le samedi et le dimanche ne va pas changer grand-chose, ça veut dire que dans la semaine tout le monde va continuer à se balader, que le virus va continuer de se transmettre et qu’il va arrêter le week-end ?” interpelle le responsable. “Il faut être sérieux, si on doit faire un confinement, il doit se faire pendant une durée suffisamment longue pour rompre la chaîne de transmission”.

Les syndicats pointent au passage la position de la Polynésie aujourd’hui au premier rang des territoires ultra-marins les plus contaminés, avec un taux d’incidence de 2615/100 000 habitants. “Qu’est-ce qu’on attend ? La Martinique est confinée !”

C’est donc un confinement strict d’au moins deux semaines, que le syndicat réclame. “Nos enfants n’ont pas tous une play-station et une piscine chez eux, beaucoup vont préférer fuir leur réalité et trainer dans le quartier, ce qui ne va pas arrêter le virus” rappelle Tepuanui Snow.

Rédigé par

infos coronavirus