mercredi 1 décembre 2021
A VOIR

|

Les pilleurs des champs dans le viseur des gendarmes

Publié le

Des pilleurs de fruits et légumes avaient été interpellés par les gendarmes il y a quelques semaines. L’enquête a permis de mettre fin aux agissements d’un groupe bien organisé. Aujourd’hui, gendarmes, agriculteurs, autorité de la commune de Taiarapu-Est et du CAPL se sont retrouvés pour prendre des résolutions de sécurité et de surveillance. Objectif : empêcher toute récidive.

Publié le 20/10/2021 à 16:40 - Mise à jour le 21/10/2021 à 9:37
Lecture < 1 min.

Des pilleurs de fruits et légumes avaient été interpellés par les gendarmes il y a quelques semaines. L’enquête a permis de mettre fin aux agissements d’un groupe bien organisé. Aujourd’hui, gendarmes, agriculteurs, autorité de la commune de Taiarapu-Est et du CAPL se sont retrouvés pour prendre des résolutions de sécurité et de surveillance. Objectif : empêcher toute récidive.

Les gendarmes étaient remontés il y a deux mois, jusqu’aux auteurs des vols, un groupe très bien organisé. Les vols ont depuis cessé, au grand soulagement des agriculteurs.

“Aujourd’hui, on va dire qu’il n’y a presque plus de vols”, se rassure Nelson Van Kam, agriculteur. Selon le chef d’escadron Jérôme Godefroy, “l’intervention médiatique a permis de franchement calmer la situation”.

La gendarmerie compte aujourd’hui se saisir de cette affaire pour conseiller au mieux les exploitants du plateau agricole de Taravao, en les mettant en relation avec “le référent sureté de la gendarmerie qui est un conseiller technique de prévention des actes de malveillance”, explique Jérôme Godefroy. “Lui, il a peut-être des clés ou des conseils à donner pour permettre à ces exploitants agricoles de mieux sécuriser leurs exploitations, même si effectivement on est sur des surfaces ouvertes un peu à tout le monde malheureusement”.

Gendarmes et agriculteurs ne seront pas les seuls acteurs en place. Les élus se sont joints aux services d’un référent sureté de la gendarmerie pour mettre en place des méthodes dissuasives : “on travaille beaucoup avec les communes pour développer le système de vidéo protection et ensemble, on travaille pour mettre en place une solution de vidéo protection dans les endroits les plus stratégiques”, détaille l’adjudant chef Francky Meunier, de la cellule prévention technique de malveillance de la gendarmerie nationale. “C’est la première fois que j’interviens auprès des agriculteurs sur un site assez grand, donc il va falloir trouver les bonnes solutions pour arrêter justement ces vols et permettre à nos agriculteurs de travailler sereinement”.

Outre les efforts de surveillance des agriculteurs et des autorités de la commune, la gendarmerie compte aussi déployer ses forces et son aide par une présence accrue sur le terrain en augmentant ses patrouilles de surveillance par exemple.

infos coronavirus