A VOIR

|

Les pensions des famille impactées par la grève des pompiers de l’aviation civile territoriale

Publié le

Les sapeurs-pompiers rattachés à la F.R.A.P.P (Fédération de rassemblement des agents des administrations de Polynésie) sont en grève depuis le vendredi 30 septembre. Un mouvement social qui a de lourds impacts sur l’activité des professionnels du tourisme dont les pensions de famille.

Publié le 02/10/2022 à 15:56 - Mise à jour le 02/10/2022 à 15:56
Lecture 2 minutes

Les sapeurs-pompiers rattachés à la F.R.A.P.P (Fédération de rassemblement des agents des administrations de Polynésie) sont en grève depuis le vendredi 30 septembre. Un mouvement social qui a de lourds impacts sur l’activité des professionnels du tourisme dont les pensions de famille.

On a constaté qu’il y avait à peu près 75 personnes qui étaient en souffrance dans toutes les îles Marquises” rapporte le représentant d’une pension de famille des Marquises. “Il en a qui ont dû annuler parce qu’ils n’ont pas pu partir, et même il y a des touristes internationaux qui sont bloqués chez nous et malheureusement c’est à leurs frais” nous dira une autre exposante du salon du tourisme. Le nombre de touristes bloqués dans les îles ou à Tahiti n’a cessé d’augmenter ce week-end.

Effective depuis vendredi, la grève des pompiers d’aérodromes ternit l’image de la destination regrettent les professionnels du tourisme “nos clients, ils ont aussi d’autres vacances, donc ce n’est pas chez nous qu’ils ont réservé.ils ont même réservé ailleurs dans d’autres îles ou (doivent) rentrer en France, àa donne une mauvaise image de la Polynésie.”

Hasard du calendrier ou pas, le mouvement social engagé par la Fédération de rassemblement des agents des administrations de Polynésie, la FRAAP intervient en plein salon du tourisme. Si les visiteurs du salon sont nombreux et que les réservations s’enchaînent, cela ne va pas compenser les pertes de ce week-end regrettent les propriétaires de pension “il ne faut oublier qu’il y a les impôts, il ne faut pas oublier qu’il y a la CPS (caisse de prévoyance sociale). Sept employés aux Marquises c’est un gros challenge. Il y a beaucoup de taxes et ces taxes, il faut les payer pour faire fonctionner le pays, c’est grâce à cet argent que tout le monde travaille.

Pour Melinda Bodin, présidente de l’association du tourisme authentique de Polynésie c’est un manque à gagner certains et pas seulement pour les pensions mais pour toutes les entreprises qui vivent du tourisme. “On fait comment ? Qui va dédommager cette histoire ?” demande – t’elle.

Salon du tourisme : stand d’Air Tahiti – Photo: Tahiti nui Télévision

De son côté, la compagnie aérienne locale essaie de sauver les meubles. Elle modifie gratuitement les billets des voyageurs impactés sur des vols fictifs. Ils seront informés des détails de leur vol par sms. Les voyageurs seront “rebookés sur des voles qui pourront être opérés après la grève.” Ce dimanche, quelques vols ont pu être opérés malgré la grève. Depuis vendredi, ce sont des milliers de passagers qui ont été impactés. Ce matin, des habitants et voyageurs en provenance de Tikehau, Arutua et Kaukura ont fait la traversée en bateau jusqu’à Rangiroa où les avions continuent d’atterrir et de décoller, l’aérodrome étant toujours géré par L’État.