dimanche 9 août 2020
A VOIR

|

Les Mangaréviens se mobilisent pour récupérer leurs terres

Publié le

Les Mangaréviens se lèvent aujourd’hui pour réclamer leurs terres. Il y a un mois, une association s’est montée pour réunir tous les ayants droit de l’archipel afin que les terres présumées domaniales soient restituées aux propriétaires légitimes. Une réunion a été organisée ce dimanche après-midi au fare potee de la mairie de Pirae. Elle a réuni plus d’une centaine de personnes originaires de Mangareva.

Publié le 12/07/2020 à 17:37 - Mise à jour le 13/07/2020 à 17:04
Lecture < 1 min.

Les Mangaréviens se lèvent aujourd’hui pour réclamer leurs terres. Il y a un mois, une association s’est montée pour réunir tous les ayants droit de l’archipel afin que les terres présumées domaniales soient restituées aux propriétaires légitimes. Une réunion a été organisée ce dimanche après-midi au fare potee de la mairie de Pirae. Elle a réuni plus d’une centaine de personnes originaires de Mangareva.

Plusieurs familles de Mangareva ne sont pas propriétaires des terres de leurs ancêtres. Faute de Tomite, la majorité des terres de l’archipel est présumée domaniale.

« Il y a au moins 80% de la surface de l’île qui est présumée domaniale, indique Iolanie Raoulx, la présidente de l’association Togo’iti Magareva. Et donc là, on est en discussion avec le gouvernement. On est confiant. On pense qu’on va s’en sortir et on pense que notre mouvement va accélérer les choses. »

Le maire de Rikitea a rencontré le président de la Polynésie et le ministre en charge des Affaires foncières pour tenter de trouver une issue à ce litige opposant le Pays aux familles des premiers habitants de l’archipel. La principale difficulté est de trouver des documents officiels permettant de déterminer les propriétaires de chaque parcelle.

« Dans les années 1900, les gendarmes qui étaient dans les îles faisaient fonction également de notaire, explique Vai Gooding, le maire de Rikitea. J’ai adressé une lettre à l’Etat l’année dernière, pour qu’on puisse récupérer un peu les archives qui sont à la gendarmerie. Peut-être que ça va guider un peu les familles qui sont dans le besoin pour pouvoir régulariser leurs terrains. »

Pour appuyer leurs demandes, les membres de l’association ont donné à chaque famille présente une feuille d’émargement pour récolter un maximum de signatures. Selon la présidente, il y aurait plus de Mangaréviens à Tahiti que dans l’archipel des Gambier.

Article précédentVaa Toa du 12 juillet
Article suivantTe Ve’a no te 12 no tiurai

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV