A VOIR

|

Les jeunes polynésiens commémorent le 104e anniversaire de l’Armistice

Publié le

Le 11 novembre 1918, l’armistice est signé entre les Alliés et l'Allemagne, mettant fin à la 1ère guerre mondiale. Chaque année, les hommages sont rendus aux soldats tombés au combat. Ce matin, exceptionnellement, un groupe de 25 jeunes appelés pour participer à la journée de défense et de citoyenneté a pu assister à la cérémonie, au plus près des officiels.

Publié le 11/11/2022 à 15:27 - Mise à jour le 12/11/2022 à 9:26
Lecture 2 minutes

Le 11 novembre 1918, l’armistice est signé entre les Alliés et l'Allemagne, mettant fin à la 1ère guerre mondiale. Chaque année, les hommages sont rendus aux soldats tombés au combat. Ce matin, exceptionnellement, un groupe de 25 jeunes appelés pour participer à la journée de défense et de citoyenneté a pu assister à la cérémonie, au plus près des officiels.

Discours officiels, dépôts de gerbe et remise de médailles… Les 25 jeunes citoyens polynésiens appelés commencent leur journée de défense et de citoyenneté en commémorant l’armistice. Plus d’un siècle s’est écoulé depuis la fin de la 1ère guerre mondiale. Mais à travers ces hommages impressionnants, le souvenir des soldats morts pour la France est lui bien vivant chez ces jeunes de 17 ans.

Pour Tevearii et Ivanui, qui participent à la journée de défense et de citoyenneté, c’est aussi un devoir de mémoire : “C’est vraiment important parce qu’ils se sont battus pour notre Pays. Ils se sont vraiment engagés et je pense que c’était vraiment dure pour leurs familles parce qu’ils n’étaient plus là et… Ils se sont battus pour nous aussi !

Devant Haut-commissaire, Contre-Amiral, vice-président du Pays, sénateur mais aussi députés, la symbolique est toujours aussi forte.

C’est tout à fait symbolique et exceptionnel puisque nous le jouons (l’hymne national) deux fois par an, essentiellement le 11 novembre et le 8 mai, note le Lieutenant-Colonel Philippe Rivals, directeur du centre du service national et de la jeunesse en Polynésie. C’est exceptionnel et particulier pour eux, puisque nous faisons un effort sur le devoir de mémoire et les enjeux de défense au niveau national et international“.  

L’enjeu, au delà d’une simple journée protocolaire, est celui d’une éducation au civisme et de la compréhension de la mémoire collective, comme le rappelle le Major Katia Cornier, directrice adjointe du centre du service national et de la jeunesse en Polynésie : “On va expliquer aux jeunes la défense, pourquoi elle est nécessaire. On va leur expliquer aussi toute cette organisation […] Et ensuite, leur rôle à eux. Parce qu’ils ont peut-être 17 ans, ce sont des très jeunes citoyens, mais ils ont justement un rôle à jouer.”

(Crédit Photo : Haut-commissariat de la République en Polynésie française)

À la fin de la journée, un certificat individuel est remis à chacun. Ce document leur sera demandé pour diverses formalités administratives, comme pour passer le permis de conduire ou participer aux concours de la fonction publique et des armées.