lundi 10 août 2020
A VOIR

|

Les confessions religieuses invitées à participer à la lutte contre le fléau de l’alcool

Publié le

Publié le 21/12/2018 à 8:42 - Mise à jour le 21/12/2018 à 8:42
Lecture 2 minutes

Le président Edouard Fritch a reçu vendredi matin les représentants des principales confessions religieuses pour évoquer avec eux la problématique de la montée des addictions, et plus particulièrement de l’alcool.
 
Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des consultations qui ont débuté avec la réunion tenue avec les maires, il y a une dizaine de jours, pour dégager des solutions consensuelles pour lutter contre ces fléaux. Le président a rappelé son souci d’enrayer les phénomènes de violences intrafamiliales et d’accident de la route liés à la consommation excessive d’alcool, constatant que de plus en plus de jeunes étaient impliqués.
 
La directrice de la Santé, le docteur Laurence Bonnac-Théron, a ainsi présenté  un panorama des addictions en Polynésie française, issu notamment de deux études organisées avec le concours de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui montrent qu’en 15 ans le nombre de personnes consommant de l’alcool a doublé pour atteindre 67% de la population et que les violences intrafamiliales sont quatre fois plus élevées que la moyenne nationale.
 
Dans la suite des propositions de la Conférence de la famille à laquelle avaient été associées les confessions religieuses, une stratégie de lutte contre les addictions a été présentée. Stratégie qui nécessite une participation des Eglises qui sont au plus proche du terrain et des familles.
 
Ainsi, le président a souhaité que les Eglises, dans leurs actions auprès des fidèles, relaient les messages de prévention. Le président a également demandé à ce que les confessions religieuses soient au cœur de la reconquête des valeurs familiales et sociales pour lutter contre la déresponsabilisation de certains parents, mais aussi pour que les jeunes soient particulièrement encadrés au sein d’activités. Le Pays est à l’écoute des confessions religieuses qui sont des interlocuteurs et des acteurs indispensables pour lutter contre les addictions.
 

D’après un communiqué

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

Affaires de terre : le casse-tête des ayants-droit

S’attendant à la venue de centaines de personnes, le tribunal avait dépêché des agents d’accueil et renforcé les effectifs de sécurité. On...

Raromatai : le programme « Faito tano » pour...

Initié à Raiatea il y a 2 ans, le programme "Faito tano" rassemble aujourd’hui près d’une centaine de familles des îles Sous-le-Vent. L’objectif de ce projet est de lutter contre le surpoids et l’obésité dès le plus jeune âge. Un travail d’accompagnement mené en collaboration avec plusieurs partenaires et soutenu par le ministère de la Santé et la CPS.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV