mercredi 1 avril 2020
A VOIR

|

Le tourisme à la hausse en 2019 avec 299 518 visiteurs en Polynésie

Publié le

L’Institut de la Statistique de Polynésie française (ISPF) a communiqué les données relatives à la fréquentation touristique du mois de décembre 2019. En cumul sur l’ensemble de l’année 2019, le total de personnes ayant séjourné et visité la Polynésie française s’établit à 299 518 visiteurs sur 2019 (soit une progression de +13,6% par rapport à 2018).

Publié le 28/02/2020 à 15:12 - Mise à jour le 28/02/2020 à 15:52
Lecture 2 minutes

L’Institut de la Statistique de Polynésie française (ISPF) a communiqué les données relatives à la fréquentation touristique du mois de décembre 2019. En cumul sur l’ensemble de l’année 2019, le total de personnes ayant séjourné et visité la Polynésie française s’établit à 299 518 visiteurs sur 2019 (soit une progression de +13,6% par rapport à 2018).

La croissance de la fréquentation des effectifs touristiques dépasse les +9,4% avec 236 642 touristes, ce qui constitue un seuil inédit en Polynésie française depuis 2001, avec notamment une progression à deux chiffres des touristes en hébergements terrestres qui atteint les +10,9%.

Après une année 2018 record en nombre d’escales, les effectifs de touristes de croisière (navires en tête de ligne basé en Polynésie) augmentent également de +3,7%, tandis que les excursionnistes (passagers de croisière qui arrivent et repartent avec les navires) sont bien plus nombreux, 62 876, soit +33%, à la fois par l’accueil de davantage de paquebots en repositionnement, et d’une taille moyenne de navires plus importante.

Outre le maintien d’une offre de desserte aérienne internationale étendue, la politique de têtes de ligne de croisière, les efforts cumulés sur les tarifs et la diversification des canaux de commercialisation auront permis de stimuler fortement le marché nord-Américain, incluant Hawaii, qui progresse de +15,9%.

Le marché hexagonal qui avait déjà connu une forte progression en 2018 (+17,4%) continue de croître fortement, également en 2019 à hauteur de +22,5% entrainant le continent européen dans son ensemble (+3,5%), dont notamment l’Allemagne (+10,4%) l’Espagne (+9,7%) et la Belgique (20,8%).

Par ailleurs, l’Amérique du Sud et Centrale sont globalement en croissance. Des augmentations sont ainsi constatées pour le Chili (+21,7%), le Brésil (+4,6%) ou le Mexique (+3,3%).

À l’exception de la Nouvelle-Calédonie (+14,7%), les touristes en provenance d’Océanie sont en recul (-5,7%). Une nouvelle agence de représentation vient d’être désignée pour la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Elle a été chargée de mettre en œuvre les leviers nécessaires pour obtenir un rebond significatif sur des marchés néo-zélandais et australien qui sont en baisse.

Les principaux marchés asiatiques sont en retrait et il faut s’attendre à ce que les effets conjoncturels de la crise sanitaire actuelle réduisent considérablement les résultats des dynamiques enclenchées pour parvenir à reconquérir ces marchés de manière durable.

Si le nombre de nuitées touristiques (+11,6%), et notamment en hébergement marchand (+10,7) progresse davantage que le nombre de touristes (+9,4%), le nombre de chambres disponibles en hôtellerie classée et mises à la location poursuit sa contraction, en ayant un effet global significatif à la hausse sur le revenu moyen par chambre louée ou disponible, qui continue de progresser de manière quasi-continue depuis 2014. Les coefficients moyens de remplissage, repartis à la hausse depuis 2018, poursuivent une croissance sur l’ensemble des îles.

Globalement, il convient de retenir que la durée moyenne de séjour évolue en 2019 de +0,2 jour pour s’établir à 14,9 jours, se stabilisant après plusieurs années de croissance, et que le nombre de nuitées touristiques progresse pour sa part de +11,6% par rapport à 2018. L’évolution des retombées économiques pour la Polynésie française est fortement corrélée à ces indicateurs. Pour mémoire, ces retombées économiques atteignaient en 2018, 65 milliards de Fcfp, dont 50 milliards de Fcfp pour l’hébergement terrestre et plus de 15 milliards de Fcfp pour la croisière. 

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]pf

les articles de la semaine

En Inde, la police fait respecter le confinement à...

L'Inde est sous confinement total depuis le 24 mars pour lutter contre la propagation du Covid-19. Et la police n'hésite pas à utiliser la violence pour faire respecter le couvre-feu.

Les derniers vols internationaux sont partis de Tahiti

Samedi soir, deux derniers avions ont quitté Tahiti avant la suspension des vols internationaux. Un peu plus de 200 passagers ont embarqué sur Latam Airlines et United Airlines avant la fermeture de l’aéroport.

Confinement : des ‘mix’ en live sur Facebook pour...

DJ Harmelo a choisi d’amener l’ambiance des boîtes de nuit directement chez les gens en diffusant des mix en live sur les réseaux sociaux. C’est sa petite contribution pour aider les jeunes à rester chez eux en cette période de confinement.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV