mercredi 27 octobre 2021
A VOIR

|

Le collège de Papara sensibilise ses jeunes aux dangers des fake news

Publié le

Comme l'ensemble des établissements scolaires, le collège de Papara a procédé à sa rentrée ce lundi. L’ensemble du personnel du collège s’est mobilisé pour offrir un accueil adapté. Durant la demi-journée, les élèves ont participé à des activités qui leur ont permis d’exprimer leur ressenti à propos du confinement et de la continuité pédagogique. L'occasion d'aborder le sujet des fake news.

Publié le 20/09/2021 à 17:26 - Mise à jour le 20/09/2021 à 17:26
Lecture < 1 min.

Comme l'ensemble des établissements scolaires, le collège de Papara a procédé à sa rentrée ce lundi. L’ensemble du personnel du collège s’est mobilisé pour offrir un accueil adapté. Durant la demi-journée, les élèves ont participé à des activités qui leur ont permis d’exprimer leur ressenti à propos du confinement et de la continuité pédagogique. L'occasion d'aborder le sujet des fake news.

Comment démêler le vrai du faux dans cette crise sanitaire ? Alors que les fake news affluent sur les réseaux sociaux, les enseignants s’emparent du phénomène. Il s’agit d’aborder cette rentrée avec quelques notions de citoyenneté afin de porter un regard avisé sur l’actualité. D’où l’intérêt d’un atelier de sensibilisation, comme l’explique Bétina Tinorua, la principale du collège : “ce sera également l’occasion pour nous de faire un point avec eux sur la covid-19, sur un plan scientifique. Egalement, de faire un travail autour de la désinformation, des fake news qui polluent l’information”.

Avec l’aide d’un professeur, les élèves ont appris à décrypter les informations en provenance de vidéos et publications des réseaux sociaux. Le but : analyser leur fiabilité. Car dans le contexte sanitaire actuel, les intox sur la covid et la vaccination vont bon train sur la Toile.

“Le but de ce cours, c’est toujours de prendre le rôle de citoyen, être capable de réfléchir par soi-même avec les outils qu’on a autour et effectivement, c’est de comprendre qu’il y a de fausses informations”, détaille Damien Teulière, professeur d’Histoire- Géographie. “Qui, pourquoi, comment ? On échange et on comprend, on voit ce qui est de l’intox et ce qui est de l’info”.

Lire aussi : Les fake news qui tuent

Les Polynésiens sont de grands consommateurs de Facebook : avec près de 190 000 abonnés, un peu plus de 63% de la population est connectée à l’application. L’utilisation de Facebook au fenua est d’ailleurs parmi les plus importantes dans le Pacifique Sud. Les jeunes quant à eux seraient plutôt friands d’Instagram et de Tik Tok. A chaque âge son usage.

Rédigé par

infos coronavirus