dimanche 26 septembre 2021
A VOIR

|

Les fake news qui tuent

Publié le

« Le vaccin est inutile », « La Covid est un plan pour réduire la population de la planète », « On vous inocule la 5G »… Il y a quelques mois encore, ces fake news grossières pouvaient faire sourire. Aujourd’hui, elles tuent. Sur toute la planète, et en Polynésie aussi.

Publié le 21/08/2021 à 15:46 - Mise à jour le 22/08/2021 à 16:42
Lecture 3 minutes

« Le vaccin est inutile », « La Covid est un plan pour réduire la population de la planète », « On vous inocule la 5G »… Il y a quelques mois encore, ces fake news grossières pouvaient faire sourire. Aujourd’hui, elles tuent. Sur toute la planète, et en Polynésie aussi.

Depuis plusieurs semaines, les fake news s’enchaînent dans les commentaires des internautes, sous nos articles. Nous mentons, écrivent beaucoup d’entre eux, parce que nous sommes à la solde de Big Pharma, de Macron, des francs-maçons, d’Edouard Fritch, de Bill Gates ou des reptiliens. Car dans le monde parallèle inventé par la sphère complotiste, des extra-terrestres maléfiques se déguisent en hommes politiques pour détruire le monde, dévorer vos enfants ou ressusciter le troisième Reich.

Malheureusement, nous ne sommes pas dans un mauvais film de science-fiction. Nous sommes dans la réalité. Et les faits sont là : l’hôpital est submergé, le plus souvent par des patients non-vaccinés. Les médecins doivent choisir entre qui aura une chance de vivre, et qui est condamné. Il n’y a plus de places, ni pour les vivants, ni pour les morts. Il n’y a plus assez d’infirmiers, de médecins, de pompiers.

Nous le disons, tous les jours. Les soignants le disent. La plate-forme Covid le dit. Le ministère de la Santé, le Pays, l’Etat, tout le monde est d’accord : l’hôpital est au bord de la rupture parce que la population n’est pas assez vaccinée. Et pourtant, tous les jours, voici ce que nous lisons :

Chers Vaiana, Ionatana, Nina, Tamatoa… imaginez, juste une minute, un autre monde que celui que vous croyez voir sur Facebook. Imaginez un monde où les médecins, les infirmiers, les journalistes, les épidémiologistes, les chercheurs, ne soient pas tous des menteurs qui veulent votre perte. Imaginez qu’ils souhaitent, à leur petite échelle, contribuer à sauver quelques vies.

Imaginez qu’ils disent vrai. Dans ce cas, vous avez la liberté, bien sûr, de ne pas vous faire vacciner. Mais si vous écrivez, comme vous le faites, des fake news glanées sur Facebook, si vous écrivez que le vaccin tue ou qu’il est inefficace, ou qu’on peut très bien se soigner et qu’il n’est donc pas nécessaire… : ces fausses informations sont criminelles. Elles peuvent tuer. Elles tuent déjà aujourd’hui.

Il y a quelques jours, nous sommes allés tourner des images en réanimation. Nous avons vu les corps inconscients, couverts de tuyaux et cernés de moniteurs électroniques. Aucun n’était vacciné. Bientôt, nous le savons, plusieurs mourront. Ceux qui peuvent encore parler regrettent deux choses : ne pas pouvoir dire au revoir à leurs proches, et ne pas s’être fait vacciner.

Alors, pour montrer la vérité aux internautes incrédules, nous entrons dans un bloc de réa, pour filmer une patiente, dont la vie est suspendue aux efforts des soignants, qui se démènent jour et nuit à son chevet.

La réanimation est submergée de patients Covid non vaccinés – Photo : Mike Leyral

Lorsque, la boule au ventre, nous quittons ces corps agonisants, nous n’avons qu’une satisfaction : peut-être ces images et ces informations serviront-elles à d’autres. Peut-être qu’ils entendront enfin la voix des médecins. Peut-être que deux, trois, quatre personnes seront épargnées grâce à notre reportage, ou qu’elles ne viendront pas occuper le lit d’un hôpital qui n’en a plus à proposer.

C’est juste un modeste espoir, notre petite pierre sur le mur que nous devons tous bâtir face à ce drame. Tout à ces pensées, nous arrivons à notre voiture, dans le parking de l’hôpital, et voici ce que nous découvrons :

Les journalistes traités d’assassins par un courageux anonyme – Photo : Mike Leyral

Nous sommes tristes que certains ne perçoivent que haine et complot dans ce monde. Comme Père Christophe, nous pensons qu’il faut retrouver l’Espoir. Et que cet Espoir passe par la science, et l’arme qu’elle a conçue face à l’épidémie : le vaccin.

Rédigé par

infos coronavirus