vendredi 5 mars 2021
A VOIR

|

La guerre des chefs continue à la CSTP-FO

Publié le

Publié le 19/04/2018 à 13:58 - Mise à jour le 15/06/2019 à 3:01
Lecture 2 minutes

Le ton monte à la CSTP-FO. Mireille Duval, secrétaire générale adjointe, a convoqué la presse ce vendredi matin pour une mise au point. Jeudi, un comité confédéral s’est réuni pour élire Jean-Paul Urima comme secrétaire général par intérim.

Mireille Duval le conteste. Après la suspension d’Angélo Frébault suite à sa prise de position politique, cette dernière est en charge de l’intérim jusqu’à l’organisation d’un nouveau congrès. Elle s’agace :

 « Le bureau fédéral a acté la suspension d’Angélo Frébault. Nous sommes restés sur ça : les statuts. Nous avons acté sa suspension. C’est un empêchement pour nous, parce qu’on n’a rien d’autre. Mais il faut que les affaires courantes continuent. Je continue c’est tout. »

Mireille Duval affirme que Jean-Paul Urima a été radié de la CSTP-FO l’année dernière pour des propos injurieux envers la confédération. Son élection serait donc caduque. La secrétaire générale adjointe affirme que seul un congrès pourra mettre fin au conflit. Elle déclare :

« Pour Angélo Frébault, il faudra qu’il y ait quelque chose de beaucoup plus clair. Mais en ce moment, nous avons entendu une demande très forte : c’est d’organiser un congrès. Nous espérons le faire dans moins de trois mois. »

Seule inconnue : l’avenir d’Angélo Frébault. Si rien ne se concrétise en politique, il pourrait se représenter lors de ce congrès. Une problématique de taille se poserait dans ce cas : peut-on défendre des salariés alors que l’on fait de la politique ?

En 2017, Mahinui Temarii a été évincé du syndicat pourrait avoir été à la tête d’un parti. Le combat ne fait que commencer…
 

Rédaction web avec Sophie Guébel et Jeanne Tinorua Tehuritaua

infos coronavirus

La quarantaine passe à 10 jours pour les arrivants en Polynésie

"De manière générale, face au virus ou un de ses variants, la majorité des contaminations à la covid-19 sont constatées entre le quatrième et le huitième jour", explique le conseil des ministres dans son compte-rendu