samedi 26 septembre 2020
A VOIR

|

La Brasserie de Tahiti contrainte de réduire le temps de travail de ses salariés

Publié le

Alors que la crise économique s’installe, bon nombre d’entreprises sont contraintes d’élaborer des plans de sauvegarde pour préserver les emplois. À la Brasserie de Tahiti depuis quelques jours, les tractations vont bon train. Valable pour une durée de six mois, une convention a été signée jeudi matin par la direction et les quatre syndicats de l’entreprise (A Tia ia Mua, Otahi, CSIP et O Oe To Oe Rima). Elle sollicite notamment l’aide du Pays via le contrat de soutien à l’emploi.

Publié le 04/05/2020 à 17:06 - Mise à jour le 04/05/2020 à 17:08
Lecture 2 minutes

Alors que la crise économique s’installe, bon nombre d’entreprises sont contraintes d’élaborer des plans de sauvegarde pour préserver les emplois. À la Brasserie de Tahiti depuis quelques jours, les tractations vont bon train. Valable pour une durée de six mois, une convention a été signée jeudi matin par la direction et les quatre syndicats de l’entreprise (A Tia ia Mua, Otahi, CSIP et O Oe To Oe Rima). Elle sollicite notamment l’aide du Pays via le contrat de soutien à l’emploi.

La reprise de la vente d’alcool n’aurait pas suffi à redresser les comptes de la société. Si la consommation des particuliers a permis un léger rebond, les gros clients restent pour la plupart aux abonnés absents. « Les hôtels sont toujours fermés, les restaurants sont plus ou moins ouverts, les magasins c’est pareil, tant que tout ce secteur ne sera pas vraiment en action, la vente de bière ne sera pas aussi performante qu’avant » indique Gilles Helme, délégué syndical A Tia i Mua.

Malgré des économies sur les charges de fonctionnement, la Brasserie n’est plus en mesure d’absorber le coût de la masse salariale. Soit une charge d’environ 230 millions de Fcfp par mois. Les syndicats en sont désormais convaincus : « tant que la pleine activité n’est pas effective », un plan de sauvegarde s’impose « sans plus attendre ». Une première mouture présentée par la direction prévoit de réduire le temps de travail de 10 à 50%. Pour amortir la perte de salaire des 400 salariés, la convention propose de solliciter l’aide du Pays via le contrat de soutien à l’emploi (CSE). « Le dispositif prévoit une compensation par le Pays à hauteur de 90%, on est tombé d’accord là-dessus avec la direction, maintenant on espère une aide du pays. »

Pour la tranche des salariés maintenus à 50%, le comité d’entreprise accorde une aide exceptionnelle de 20 000 par mois, pendant six mois. « Si l’activité reprend et que les ventes s’améliorent, les salariés seront progressivement amenés à faire des heures supplémentaires » pour compléter leur salaire, note le délégué syndical de Otahi dans une note en interne. Il ajoute que « les plus bas salaires (en dessous de 200 000 Fcfp) seront les moins impactés. »

Longuement étudié par les quatre sections syndicales, le protocole a finalement été signé jeudi matin. Il comporte cependant quelques « garde-fous » selon le syndicaliste. À l’instar d’une clause de renégociation du temps de travail, au cas où l’aide du pays était refusée. Ce qui est fort probable craignent les organisations syndicales. Le cas échéant, elles mettraient alors sur la table une réduction de 30%, mais pour tout le monde. Une option qui présente toutefois des travers. Car en fonction des services et des postes, les salariés feront plus ou moins de présence que de travail effectif. « Sur les 70% on s’aperçoit que certains ne vont réellement travailler que 30%, sur les 40% restant, il faut les affréter ailleurs ». Il serait alors question de leur confier des missions normalement attribuées à des prestataires.

infos coronavirus

Témoignage : elle raconte comment elle a vécu la covid-19

Heureusement, tous les malades de la Covid ne développent pas de forme grave, comme en témoigne Me Brigitte Gaultier. Cette avocate au barreau de Papeete vient juste de reprendre son activité après plusieurs jours d’arrêt contraints et forcés. La sexagénaire a en effet contracté le virus après un rendez-vous avec l’un de ses clients. Durant 5 jours, elle a ressenti courbatures et grande fatigue, mais n’a jamais craint pour sa vie.

Le Pays accorde un prêt de 9,6 milliards de Fcfp à la CPS

Le président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et le directeur de la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS) par intérim, Vincent Dupont, ont signé, vendredi, une convention relative au prêt de trésorerie de 9,6 milliards de Fcfp, accordé par le Pays au profit de la CPS.

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

« Māmā Fenua : Jardin d’Eden », la nouvelle exposition de...

L'artiste Tvaite expose du mardi 22 au samedi 26 septembre dans la salle Muriāvai de la Maison de la Culture. Une exposition intitulée "Māmā Fenua : Jardin d'Eden" et riche en couleurs.

Les membres du Polynesian Kingdom of Atooi expulsés du...

Les représentants du mouvement Polynesian Kingdom of Atooi qui revendiquent les terres du marae Arahurahu de Paea ont été expulsés ce mercredi matin....

Télétravail : un projet de loi présenté aux partenaires...

Dans une réponse à Virginie Bruant en séance à l'assemblée de la Polynésie, la ministre du Travail Nicole Bouteau, a annoncé qu'un projet de loi sur le télétravail a été formalisé.

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV