lundi 14 juin 2021
A VOIR

|

La bataille pour l’ancien Casino n’est pas terminée

Publié le

Publié le 04/02/2019 à 14:13 - Mise à jour le 04/02/2019 à 14:13
Lecture 2 minutes

L’imbroglio judiciaire entre l’entrepreneur Félix Lai et la mairie de Punaauia, qui veulent tous les deux acquérir l’ancien supermarché Casino d’Outoumaoro, n’est pas fini.

En mars 2018, le bâtiment est mis aux enchères. Quatre candidats (dont la mairie de Punaauia) ont fait une offre. Le bâtiment est finalement adjugé pour la somme de 460 millions de Fcfp à Félix Lai, propriétaire de Lai Wao Aluminium. Mais la commune fait, deux semaines plus tard, valoir son droit de préemption.

L’entrepreneur porte l’affaire devant les tribunaux. Une première audience se tient le 7 janvier devant le juge des saisies immobilières qui déclare irrecevable ce droit de préemption car fait trop tard. Tacitement le juge estime déloyale la manœuvre de la mairie.

Mais, ce mardi matin, lors de l’examen de l’autre requête faite par Félix Lai devant le tribunal administratif, c’est une toute autre lecture du droit qui est faite par le rapporteur public. En substance, celui-ci estime déjà que le juge des saisies n’a pas la compétence sur les prérogatives des collectivités qui est une matière administrative.  Ensuite, sur le fait que la mairie avait décidé de jouer sur les deux tableaux (d’abord l’adjudication puis le droit de préemption) le rapporteur public a estimé qu’il n’y avait rien d’illégal.
Enfin, Félix Lai reprochait à la commune que son projet n’était pas justifié par l’intérêt général. Là encore, le rapporteur public a contesté cette appréciation en signalant que le projet de la commune était inscrit dans le plan général d’aménagement dans le cadre du développement du quartier de Outoumaoro depuis 2017.

La décision du tribunal sera rendue sous quinze jours. Si les juges suivent les recommandations du rapporteur, le Casino changera à nouveau de mains et deviendra propriété de la mairie. Même si Felix Lai fait appel puisque en matière administrative l’appel n’est pas suspensif.
 

Bertrand Parent 

infos coronavirus