mercredi 5 août 2020
A VOIR

|

Gestion du domaine immobilier : une application en cours d’élaboration

Publié le

La direction des Affaires foncières (DAF) a lancé un appel d’offres pour la réalisation d’une application nommée Natira’a Fenua qui sera consacrée à la gestion du domaine immobilier de la Polynésie française.

Publié le 04/09/2019 à 14:35 - Mise à jour le 05/09/2019 à 10:13
Lecture 2 minutes

La direction des Affaires foncières (DAF) a lancé un appel d’offres pour la réalisation d’une application nommée Natira’a Fenua qui sera consacrée à la gestion du domaine immobilier de la Polynésie française.

C’est une société métropolitaine (SWORDS SA) qui sera en charge de la conception de l’application en collaboration, pour une partie, avec la société locale Innovative Digital Technologies (IDT).

L’application Natira’a sera basée sur un système de gestion d’information géographique (SIG) à l’instar d’Otia et donnera une vision claire du patrimoine occupé et disponible par île et par commune. Elle intégrera également les projets d’aménagements du gouvernement afin que tous les services gestionnaires (équipement, aviation civile, ressources marines, etc.) puissent prendre en compte et utiliser cet outil comme seul outil d’échange d’information et de gestion du domaine.

L’objectif est de proposer au public un point d’entrée unique. Ainsi, en fonction de la nature des dossiers, l’application devra orienter le demandeur vers le gestionnaire approprié car plusieurs services, en fonction de leur compétence, ont en charge la gestion d’une partie du domaine (ex : le domaine fluvial géré par la direction de l’Equipement, le domaine aéroportuaire par la direction de l’aviation civile, les sites touristiques par le service du tourisme, etc.). Cet outil va donc permettre une gestion domaniale homogène, plus efficiente et répond également à un objectif du Président qui est de se rapprocher des usagers et de simplifier les démarches administratives.

Les autres sujets du compte-rendu du conseil des ministres

> Etat d’avancement du Contrat de redynamisation des sites de défense de Polynésie française
> Soutien aux municipalités : subventions de la Délégation pour le développement des communes
> Création de la Délégation à l’Analyse et à la Prospective (DAP)
> Subvention en faveur de Tahiti Tourisme
> Un projet de lycée d’enseignement général à Moorea
> Information des usagers par l’envoi SMS
> Synthèse des ateliers sur l’indivision et la sécurisation foncière auprès des associations familiales 
> Attribution d’une subvention pour la mise aux normes du laboratoire de l’établissement Vanille de Tahiti de Raiatea
> Attribution d’une subvention en faveur de l’EPEFPA pour l’aménagement de la station porcine du Lycée agricole d’Opunohu
> Attribution d’aides financières agricoles en faveur de 13 associations de Polynésie pour le soutien en équipements, d’agro-transformation et d’aménagements fonciers
> Attribution d’aides financières en faveur du soutien à la production de viande bovine
> Attribution d’aides financières agricoles en faveur de 8 entreprises agricoles pour le soutien en équipements, d’agro-transformation et d’aménagements fonciers
> Aide agricole en faveur de l’installation d’un élevage de poules pondeuses
> Prêts d’objets pour la future salle d’exposition permanente : consolidation des partenariats à Paris, Londres et Cambridge du Musée de Tahiti et des Îles 
> Subventions en faveur de l’association des Diabétiques et Obèses de Polynésie française (ADOPF)
> Subventions de fonctionnement en faveur d’établissements publics d’enseignement
> Subventions de fonctionnement aux associations sportives et de jeunesse

infos coronavirus

Sur les traces de l’empreinte carbone

L’empreinte carbone, on en parle beaucoup, mais de quoi s’agit-il exactement ? Un Polynésien émet en moyenne 3,8 tonnes de CO2 par an. Une empreinte en dessous de la moyenne nationale, mais qui ne vise pour l’instant que nos émissions directes. C’est-à-dire, sans tenir compte de l’acheminement des énergies fossiles. Or, loin de tout, la Polynésie affiche une très forte consommation d’hydrocarbures, notamment pour le transport terrestre, principal émetteur de gaz à effet de serre.

Taxer le sucre est-il efficace ?

Sodas, sirops, confitures, gelées et autres biscuits : plus aucun produit sucré n’échappe à la "taxe de consommation pour la prévention" sur le sucre. Même pas les importateurs, contraints de la répercuter sur les prix de vente. Applicable depuis le 1er janvier sur les jus de fruits et légumes avec sucres ajoutés, ou édulcorants de synthèse, cette taxe entend ainsi ratisser plus large. Mais pour l’association des diététiciens de Polynésie française, elle ne suffira pas à faire reculer l’obésité.

Coronavirus : le CHPF prêt à faire face

Il ne circule pas sur le territoire, mais les acteurs de santé se tiennent prêt à le recevoir. Rodé à l’exercice des épidémies, le CHPF nous a ouvert ses portes. Quel est le circuit pour un éventuel cas suspect et comment le patient est-il pris en charge si la contamination est confirmée ?

Toute l’actualité de Polynésie française et d’ailleurs en direct et en continu.

Contactez le standard
Contactez la régie pub

NEWSLETTER

Recevez l'actualité de la Polynésie, les temps forts de vos programmes et les jeux dans votre boîte mail.

CONTACTEZ LA Rédaction

Tel : +689 40 47 36 15 / Fax : +689 40 47 36 09
Numéro d’urgence : +689 87 78 14 01
Email : [email protected]

TNTV dans les îles
Tel : +689 40 60 00 75 / Fax : +689 40 60 00 76
Email : [email protected] / [email protected]

les articles de la semaine

catégories populaires

Suivez-nous

Abonnez-vous à nos réseaux sociaux

Téléchargez l’application TNTV